le01032015C

Bonjour à tous ,
http:// creachmichelblog.wordpress.com/ Français,English
http:// creachmichel2014.wordpress.com /Italian,Spanish

http:// lebretonblog.wordpress.com / English,Deutschland

Avant toute chose, je dois ,SALUER,MONSIEUR DUCASSE(Maitre DUCASSE) Alain ,pas ,pour ce qu’il prépare(quoique, je ne doute aucunement de la qualité de ses plats) ,mais surtout ,sur ce qu’il a dit sur MONSIEUR BOCCUS, je le reconnais pas longtemps ,mais cela a suffit pour attirer mon regard, sur la façon, dont il percevait ses racines (BOCCUS, entre autres) et aussi sur l’apprentissage, qui la donné et ,qui apparemment lui avait plus tôt réussi ,en la personne de ROMAIN ,qui doit ,certainement avoir un rôle d’ambassadeur de la Maison DUCASSE,ou autres , ainsi que le jeune MICKAEL qui servait ,qui ‘’ devait sûrement encore ,finir de faire ses classes’’ .Ce qui m’a plu ,dans tous cela,ce n’est pas pour faire du LECHE BAND BLUES(Eh oui ,lui aussi ,fait partie de mes classi que EddyMitchell, ceci ,c’est pour les étrangers ,qui ne connaitraient pas)mais, parce que ,je me rends compte que l’on a un P-T-N de Patrimoine ,et, que parfois ,on l’oublie, qu’on le vend, des usines,des fleurons de l’économie , des aéroports.Genre,ACERLOR MITTAL(vous ne croyez ,quand même pas
Que je vous allez passer au x travers ,2008-2013)SARKO,ALSTOM(HOLLAND,VALLS),aéroport de toulouse ( VALLS) ,Voilà,pourquoi,je suis heureux d’avoir , des BOCCUS,DUCASSE,( Romain, Mickael.pour prendre la suite,merci M’sieur DUCASSE

Le 15 octobre 2013, on apprend le suicide de Monsieur Alain Vigneron, travailleur d’ArcelorMittal à Liège. Dans une lettre, il y explique son geste : « Ma petite femme et ma fille, je veux que vous sachiez que je vous aime mais Monsieur Mittal m’a tout repris : la fierté, la politesse et le courage de me battre pour ma famille. »RIP
Il faut rendre à Rothschild ce qui appartient à Rothschild : la dette …( pour les francophones )
Pour lutter contre l’évasion fiscale, qui mieux que Juncker
Même si,cela a été écrit le 15.11.2014,la ploitique au Luxembourg ne change pas et n’est pas prête de changer, si des gens ,comme cela restent aux manettes, le remplaçant de juncker,fera exactement pareil(,Pourquoi,l’a –t-on mis là ?) pareil que lui.
15.11.2014 –
Jean-Claude Juncker le 12 novembre 2014 à Bruxelles. REUTERS
Juncker, touché par les révélations de la presse sur les pratiques fiscales du Luxembourg, contre-attaque. Cela peut faire sourire. En fait, avoir à la présidence de la Commission l’ancien Premier ministre du premier paradis fiscal de l’Union européenne est peut-être une chance.
Les révélations de quarante journaux internationaux mettant en évidence le rôle joué par le Luxembourg dans l’élaboration de pratiques fiscales très imaginatives permettant aux grandes entreprises de tous les pays d’échapper en partie à l’impôt (les «LuxLeaks») ont constitué un rude coup pour Jean-Claude Juncker, qui a été pendant dix-huit ans Premier ministre de ce pays, poste qu’il cumulait avec ceux de ministre des Finances, ministre du Travail et de l’Emploi et ministre du Trésor. L’homme qui a occupé aussi longtemps ces responsabilités pouvait difficilement affirmer qu’il ignorait tout de ces pratiques.
La contre-attaque
La réponse apportée par le nouveau président de la Commission européenne le 12 novembre devant la presse:et devant le Parlement européen est très claire: la loi fiscale a toujours été respectée et la pratique qui est reprochée au Luxembourg, le tax ruling (rescrit fiscal), existe dans vingt-deux Etats membres de l’Union.
Si l’on s’en tient à la lettre des textes, Jean-Claude Juncker a parfaitement raison. Il est de pratique courante que les grandes entreprises fassent connaître au fisc la façon dont elles comptent calculer leur bénéfice imposable de façon à éviter tout litige. Et l’administration choisit de valider cette méthode par un rescrit ou de ne pas la valider. Dans tous les pays concernés, cette façon de travailler permet évidemment aux entreprises d’utiliser au mieux, et en toute sécurité, des textes fiscaux dont la complexité peut conduire à des interprétations différentes. Mais la présence de milliers de spécialistes du droit fiscal au Luxembourg et la façon dont l’utilisation de la législation locale permet d’échapper à l’impôt dans les pays d’origine des firmes concernées laissent penser que la pratique luxembourgeoise du rescrit va bien au-delà de ce qui se fait dans les autres pays membres.
Rions un peu, oui c’est ça Rions
Jean-Claude Juncker l’admet implicitement lorsqu’il reconnaît, en des termes fort élégamment choisis, que l’«interaction» entre les différentes règles nationales peut conduire à des taux d’imposition «faibles», voire peu «conformes à la justice fiscale» et aux «normes éthiques et morales généralement admises». On ne saurait employer un langage plus édulcoré pour désigner des actes qui appartiennent tout simplement au domaine de l’évasion fiscale.
Jean-Claude Juncker nous fait sourire quand il déclare avoir œuvré toute sa vie pour davantage d’harmonisation fiscale. Tous ceux qui ont suivi les discussions sur la fiscalité de l’épargne en Europe s’amuseront en repensant aux obstacles que le Luxembourg et d’autres pays ont placés sur la route de ceux qui cherchaient à établir des règles du jeu moins favorables aux paradis fiscaux.
Mais, le nouveau président de la Commission a raison lorsqu’il souligne qu’une véritable harmonisation des modes de calcul de l’assiette de l’impôt sur les sociétés serait un grand progrès. Il reste à savoir ce qu’il fera sur ce terrain que la France et l’Allemagne ont commencé à essayer de défricher, sans grand succès jusqu’à présent.
Des propositions concrètes
En attendant, on a appris avec intérêt que Pierre Moscovici, nouveau commissaire en charge des Affaires économiques et financières, de la fiscalité et des douanes, doit préparer un projet de directive qui introduirait l’échange automatique d’informations sur ces fameux rescrits fiscaux. De surcroît, Jean-Claude Juncker s’est engagé à proposer à Brisbane les 15 et 16 novembre, lors du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du G20, un élargissement de ce système échange automatique d’informations à l’ensemble de la communauté financière internationale.
Ne rêvons, même si le sujet est effectivement discuté, il y a fort à parier qu’il faudra un temps certain pour déboucher sur des actions concrètes.
Mais, en fin de compte, on ne peut s’empêcher de penser que c’est finalement une chance d’avoir un Luxembourgeois à la tête de la Commission en ce moment. Un président venu d’un autre pays aurait pu arguer de la complexité du problème pour ne rien faire. Jean-Claude Juncker, du seul fait de sa nationalité et ses fonctions antérieures, est obligé d’agir sous peine d’être suspecté de toutes les complaisances.
Ce genre de raisonnement a certes ses limites: confier la justice à des délinquants n’est pas forcément une bonne idée. Mais cela peut être efficace, à deux conditions: d’abord, que le passé du titulaire du poste soit connu de tous, qu’il y ait une vraie transparence et, ensuite, qu’il y ait une mobilisation de l’opinion assez forte pour l’obliger à engager des actions auxquelles il n’aurait pas songé spontanément. Dans le cas précis de Jean-Claude Juncker et de l’évasion fiscale, ces deux conditions sont réunies: tout le monde sait qui il est et la plupart des Etats ont de de telles difficultés budgétaires qu’ils sont favorables à un contrôle plus rigoureux de la pratique fiscale des entreprises, à condition que ce mouvement soit international.
La lumière des projecteurs peut être gênante
D’autres commissaires européens se trouvent dans une situation comparable à celle de leur président. Ainsi, Pierre Moscovici, issu d’un pays dont la gestion des finances publiques a été laxiste pendant plusieurs décennies, sait qu’il est surveillé et que le moindre signe de mansuétude envers la France serait tout de suite considéré comme suspect. Il en est de même de l’Espagnol Miguel Arias Canete, en charge du climat et de l’énergie, ancien président de deux compagnies pétrolières, à qui le moindre faux pas serait fatal. Si les appels à la démission de Jean-Claude Juncker n’ont pas été très entendus cette fois, ils pourraient l’être si lui ou l’un de ses commissaires ne se montraient pas à la hauteur des responsabilités qui leur ont été confiées.
Contrairement à ce que pensent beaucoup, le choix de Jean-Claude Juncker a donc des chances de se révéler tout à fait judicieux.
Dans le même ordre idée, on peut se demander si les Britanniques ne vont pas bientôt regretter d’avoir fait nommer Jonathan Hill commissaire chargé de la Stabilité financière, des services financiers et de l’Union des marchés de capitaux: il risque d’être très difficile à ce lord distingué de défendre les intérêts de la City en tant que commissaire alors que, dans les précédentes commissions, certains de ses compatriotes placés à des postes moins en vue ont pu œuvrer discrètement en ce sens. Les manœuvres les plus efficaces se font généralement dans l’ombre. C’est bien pourquoi Allemands et Britanniques se battent farouchement à Bruxelles pour les postes de direction que les Français, obnubilés par les postes plus prestigieux de commissaire ou de président, négligent à tort.
Comment SARKOZY nous l’a faite à l’envers !!!!!!2014 – UPR vs Union Européenne
Les paradis fiscaux sont une réalité, une réalité qui coûte cher à nos économies convalescentes, une réalité qui détruit nos sociétés(V. Truffy _ Mediapart)
12 % du patrimoine financier des ménages européens serait détenu dans les paradis fiscaux. Rien que pour les trois principales économies de la zone euro, l’Allemagne, l’Italie et la France, 900 milliards d’euros sont dissimulés dans les paradis fiscaux. Pour les 5,6 millions de nos jeunes concitoyens européens empêtrés dans le chômage, cette somme est indécente et ces chiffres sont un mirage. Pourtant, les paradis fiscaux sont une réalité, une réalité qui coûte cher à nos économies convalescentes, une réalité qui détruit nos sociétés.
Dans tous les pays d’Europe, des multinationales réalisent des ventes conséquentes sans payer un euro d’impôt, en échappant à l’effort de redressement des comptes publics et en domiciliant leurs profits dans les paradis fiscaux. Dans tous les pays d’Europe, les réseaux du crime organisé prolifèrent grâce à des banques peu regardantes. Dans tous les pays d’Europe, les mouvements politiques extrémistes progressent au gré des révélations sur les scandales de corruption. Combien de temps allons-nous encore tolérer les paradis fiscaux nichés telles des verrues au cœur de l’Europe ? Ces Etats nocifs ont généré des crises financières, aggravé la crise budgétaire et alimenté la crise démocratique. Trois ans après le discours du Bourget, nous connaissons notre ennemi, mais qu’attendons-nous pour agir contre cette finance qui ronge nos économies et nos sociétés ?
Les optimistes nous répondront que l’Union européenne a fini par valider le passage à l’échange automatique d’informations fiscales entre Etats et qu’ainsi nul paradis fiscal ne pourra se réfugier plus longtemps derrière le secret bancaire. Pour que cet échange fonctionne, il faut partir du postulat naïf que les paradis fiscaux donneront effectivement les informations demandées. Nous savons que ce ne sera pas le cas : rien n’est prévu pour vérifier qu’ils le feront bien et aucune sanction n’est explicitement prévue pour ceux qui ne joueront pas le jeu.
Nous partageons donc la sincère conviction que seul compte véritablement le rapport de forces international et que les paradis fiscaux ne plieront que sous la menace de sanctions. Si les gouvernements de l’Allemagne, de l’Italie et de la France reprenaient le contrôle souverain sur les fonds dissimulés dans les paradis fiscaux, 29 milliards d’euros de recettes fiscales seraient récupérées. En période de crise, alors que les gouvernements européens demandent à nos concitoyens des sacrifices financiers sans précédents, comment tolérer encore un peu plus ces attaques sur notre souveraineté ?
Rien ne nous condamne à l’impuissance. Les paradis fiscaux ont la caractéristique d’être des géants financiers, mais également des nains politiques et économiques. Sans plus tarder, nous proposons une nouvelle méthode, autour d’une nouvelle alliance.
Nous demandons que les trois plus grandes économies de la zone euro, toutes trois dirigées par des coalitions où siègent des socio-démocrates, se rapprochent et appliquent sans délai aux paradis fiscaux des sanctions proportionnelles aux pertes financières qu’ils nous infligent. Le secret bancaire n’est rien d’autre qu’une forme de subvention déguisée aux banques logées dans les paradis fiscaux. Il s’agit d’une distorsion de concurrence et donc d’une infraction aux règles de l’OMC. D’après les règles de cette organisation, les Etats sont en droit d’imposer des représailles commerciales égales au préjudice qu’elles subissent. Si nos pays se liguent, ils peuvent contraindre les paradis fiscaux à abandonner le secret bancaire, en imposant conjointement des droits de douane sur les biens qu’ils importent de ces pays, ou en appliquant des mesures d’embargo financier. L’exemple suisse donne une idée du rapport de force que nous pourrions créer : l’Allemagne, l’Italie et la France représentent 35 % des exportations de ce pays, alors même que la Suisse ne compte que pour 5 % de nos débouchés. En imposant des tarifs douaniers de 30 %, nous pourrions utiliser la force du droit international pour obliger ce pays à abandonner le secret bancaire et à sortir de l’ombre. Qu’attendons-nous pour agir ?
Au lendemain d’élections grecques capitales pour l’avenir de notre continent, nos dirigeants ont le devoir de réconcilier les peuples avec l’action publique. Nous devons dire la vérité à nos concitoyens : il n’existe pas de sortie de crise durable sans la mise au pas de la finance de l’ombre.
(V. Truffy _ Mediapart)
L’armée irakienne a abattu deux avions britanniques transportant des armes pour l’EIIL!
The Rothschild Manifesto – circa 1840? | 2012: What’s the … à Traduire dans la langue de sonchoix
7. Queen Elizabeth II (Windsor Family of Britain) German & Greek usurpers of the British Crown.
Sur la photo ,que j’ai vu j’en ai compté 19 (19 missiles ,qui devaient être livrer),je peux malheureusement pas ,vous la montré, car ,lorsque je met des photos sur GOOGLE ,il ne me les prend pas ,mais ,c’est bien 19,j’ai recomptais au cas ou .par contre ,je peux ,vous donner le lien, comme ,cela ,vous, vous. , rendrez mieux compte.
L’armée irakienne a abattu deux avions britanniques transportant des armes pour l’EIIL!
– L’armée irakienne a abattu deux avions britanniques car ils portaient des armes pour les terroristes de l’EIIL dans la province d’Al-Anbar, a divulgué un haut parlementaire lundi.
Publié par Veterans Today Military Foreign affairs ,journal for the Clandestine Community
,le 24 Février 2015
TEHERAN (FNA) – L’armée irakienne a abattu deux avions britanniques car ils portaient des armes pour les terroristes de l’EIIL dans la province d’Al-Anbar, a divulgué un haut parlementaire lundi.
“Le Comité de la sécurité nationale et de la défense du Parlement irakien a eu accès aux photos des deux avions britanniques et qui se sont écrasés alors qu’ils portaient des armes pour l’EIIL” a dit le chef du comité Hakem al-Zameli, selon un rapport lundi du centre d’information en langue arabe du Conseil suprême islamique irakien.
Il a déclaré que le parlement irakien a demandé des explications à Londres à cet égard.
Le parlementaire irakien a dévoilé que le gouvernement de Bagdad reçoit des rapports quotidiens des populations et des forces de sécurité dans la province d’al-Anbar, sur de nombreux vols par des avions de la coalition sous commandement américain qui larguent des armes et des fournitures pour l’EIIL (État islamique en Irak et au Levant) dans les zones détenues par les terroristes.
Le législateur irakien a noté en outre la cause de ces aides occidentales au groupe terroriste et a expliqué que les États-Unis préfère une situation chaotique dans la province d’Anbar qui est près des villes de Kerbala et de Bagdad, car ils ne veulent pas que la crise EIIL cesse .
Plus tôt aujourd’hui, un haut responsable provincial irakien a fustigé les pays occidentaux et leurs alliés régionaux de soutenir des terroristes Takfiri en Irak, révélant que l’on a découvert des armes américaines et israéliennes dans des zones purgées des terroristes de l’EIIL.
“Nous avons découvert des armes faites aux EU, des pays européens et d’Israël dans des zones libérées du contrôle de l’EIIL dans la région Al-Baqdadi,” rapporte le site web d’information Al-Ahad (…).
Il a noté que l’on a découvert les armes faites par les pays européens et Israël bénéficiant aux terroristes dans les parties orientales de la ville de Ramadi.
Al-Zameli avait aussi divulgué en janvier que les avions de la coalition anti-EIIL ont laissé tomber des armes et des produits alimentaires pour l’EIIL dans les provinces de Salahuddin, Al-Anbar et Diyala.
Al-Zameli souligné que la coalition est la principale cause de la survie de l’EIIL en Irak.
“Il y a des preuves et témoignages de l’aide militaire de la coalition menée par les USA aux terroristes de l’EIIL par les airs (des cargaisons abandonnées)” a dit FNA en Janvier.
Il a noté que les membres de son comité ont déjà prouvé que des avions américains ont laissé tomber des armes avancées, y compris des armes antiaériennes, pour l’EIIL et qu’il a installé un comité d’investigation pour explorer la question.
“Les USA laissent tomber des armes pour l’EIIL en utilisant l’excuse du non savoir de l’emplacement des positions de l’EI et il essaye de déformer la réalité avec ses allégations.”
Il a noté que le comité avait recueilli des données et les preuves fournies par des témoins oculaires, dont des officiers de l’armée irakienne et les forces populaires, et dit: « Ces documents sont remis à la commission d’enquête … et les mesures nécessaires seront prises pour protéger l’espace aérien irakien ».
Toujours en janvier, un autre législateur irakien a réitéré que la coalition menée par les USA est la principale cause de la survie de l’EIIL en Irak.
“La coalition internationale n’est qu’une excuse pour la protection de l’EIIL et en aidant le groupe terroriste avec des équipements et des armes” a déclaré Jome Divan, qui est membre du bloc al-Sadr dans le parlement irakien.
Il a dit que le soutien de la coalition envers l’EIIL est maintenant évident pour tout le monde, et a continué, “La coalition n’a pas ciblé les principales positions de l’EI en Irak.”
Fin décembre, le Comité de la sécurité nationale et de la défense du Parlement irakien a divulgué qu’un avion américain a fourni à l’organisation terroriste des armes et des munitions dans la province Salahuddin. (…)
Il a ajouté que les USA et la coalition internationale ne sont pas “sérieux dans le combat contre l’organisation EIIL, parce qu’ils ont le puissance technologique de déterminer la présence d’hommes armés de l’EI et de les détruire en un mois
Le peuple Canadien gagne un procès « historique » contre la banque du Canada
Ce 26 janvier, le collectif citoyen COMER (comité sur la réforme économique et monétaire ) vient de « porter l’estocade » à la banque centrale canadienne dans le procès qui les oppose.
L’avocat de ce collectif de résistance a prouvé que la Banque était contrôlée par des banques privées depuis 1974 et l’a fait condamner de manière à ce qu’elle soit désormais au service du pays. Quand viendra le tour de l’Europe ?
Pourquoi les Canadiens permettent-ils aux banques privées de profiter de la dette publique alors que juridiquement, la Banque du Canada se doit de garantir des prêts sans intérêt comme elle l’avait fait pendant la Grande Dépression, la Seconde Guerre mondiale et les Trente Glorieuses ?
C’est la question que posent depuis plusieurs années Ann Emmett, William Krehm et le Comité sur la réforme économique et monétaire, le COMER, représentés par le célèbre avocat constitutionnaliste Rocco Galati (photo ci-contre).
Trois juges de la cour fédérale du Canada leur ont donné raison le 26 janvier, réaffirmant que la banque devait pouvoir émettre sans intérêt de l’argent pour les besoins du gouvernement.
Ce procès, parce que révolutionnaire, n’a évidemment été couvert par aucun média de masse ni au Canada, ni à l’international: « Il est évident que le gouvernement a demandé aux médias officiels de se taire, mais je ne peux révéler mes sources », a déclaré Rocco Galati, qui a qualifié de « dictature calme », la crise perpétuelle de la dette entretenue par le monopole des banques privées sur le prêt d’argent au gouvernement.
Sur le site de COMER, rien n’a encore été mis en ligne au sujet de la décision rendue suite à l’audition de la cause le 26 janvier dernier. Pourtant, les compte-rendus de toutes les autres instances judiciaires à ce sujet y figurent. D’autant plus que la prise en délibéré d’une cause aussi importante peut prendre plusieurs mois, et non pas une semaine ou deux, surtout quand on sait le volume de causes que ce tribunal a à sa charge.
Nos chers amis américains, versus Banque Centrale
L’Agence Info Libre vous propose de vous replonger dans l’histoire de la création des États-Unis d’Amérique. Comment ce peuple qui n’a qu’une histoire de deux siècles est-il parvenu à contrôler la politique mondiale de nos jours ? En quoi ces idées de liberté et d’égalité peuvent être considérées comme fallacieuses et iniques au vu des différents éléments de l’histoire sciemment occultés par les élites depuis la création des États-Unis ?
Pourquoi ce pays est-il devenu le chantre du mondialisme, gouverné par des gens élus par personne au nom des valeurs démocratiques ?
Nos chers amis américains, épisode 1 : des origines à l’extermination des indiens
Nos chers amis américains, épisode 2 : de la guerre d’indépendance aux crises financières de la fin du 19e siècle.
Il est important que tout les gens comprennent que tout les malheurs de l’humanité proviennent de cette grande manipulation qui a volé la destiné des peuples et de leurs mises en esclavage par la privatisation des banques centrale octroyant des prêts avec intérêts.
Nos impôts et taxes ne servent plus a financer le soutiens de l’État, mais bien a rembourser des intérêt aux créanciers de la dette, les rentiers qui vives du fruit du travail des autres sans partage, et à ceux qui fond l’évasion fiscale et qui nous voles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s