le 16022015 C

Bonjour à tous,
Comment croire des gens qui, sous prétexte de faire passé des musulmans, pour des terroristes, d’ailleurs ,(ecouté ,quand vous avez le temps HASSAN ISSOUQUIEN( prône intelligemment ,l’amour des uns et des autres )), Comment croire des gens , qui menottent ,ou, entravent par des lien, un soit disant extrémiste ,en lui demandant d’ouvrir une porte (vous savez les portes anti feu, qui s’ouvre de l’intérieur seulement, d’ailleurs, il n’était pas prêt de l’ouvrir)et tout cela avec la kalachnikov en bandoulière dans le dos et les mains entravés, cela n’a pas empêcher un policier de lui tirez dans le dos avec un pistolet et tous les autres flics (sous les ordres ),qui étaient là, ont vidés leurs chargeurs sur lui, Super carton ,des Snipers(no comments) ,et ceci à l’arrière du Super marché casher, Le lendemain ,dans les médias(TV, journaux ,radios ,on apprenait le limogeage du commandant ,PROUTEAU Christian, qui ,comme par hasard ,était franc maçon ,qui a été balançait( même, l’honneur, il ne savent pas ce que c’est, P-T-N, j’ai plus de respect,et il en doute pas , pour un de mes potes, qui est pour longtemps là ,ou ! que pour eux ), par un de ses super amis ,qui faisait partie de la même loge que lui, là ,on s’aperçoit de ce qu’ils appellent la fraternité, vous le voyez par vous-même, quand ,vous êtes dans le deum, y a personne P-T-N de FRATERNITE ,heureusement que dans l’armée française pour les ops et entre autres pour les op épervier,manta1,manta2,et à DIEN BIE PHU,ils n’étaitent pas comme ça ,d’après ,pourquoi ,entre autre je vote LEPEN,il peut en parler mieux que moi ,lui , Bref parlons PROUTEAU Christian,on le voit aussi((dans le cadre de l’affaire des Irlandais de Vincennes, il accumule des problèmes judiciaires sans oublier des problèmes politiques en raison du changement de pouvoir à la tête de la France. En 2005, il est condamné à une peine de huit mois de prison avec sursis et au versement d’une amende de 5000 euros dans le cadre de l’affaire des écoutes de l’Élysée.)) la police judiciaire parisienne, Bernard Petit, Le patron de la police judiciaire de Paris est mis en examen. Le parquet de la capitale a annoncé la nouvelle jeudi 5 février2015,je présume , peu avant minuit. Soupçonné de violation du secret de l’instruction, Bernard Petit n’a plus le droit d’exercer des fonctions de police judiciaire dans le cadre du contrôle judiciaire qui lui est imposé.
AH !!!Au fait ce que ,je vous raconte plus haut ,ce n’est pas du FLAN, sachez ,que, la vidéo n’est pas de mon fait ,que je ne l’ai pas faite ,je l’ai trouvé ,déjà posté sur le net ,et le mec ,qu’il l’avait faite, se demandait si ,on comprenait que l’on nous prenait pur des billes, et il avait tout a fait raison, il peut étre rassuré, je l’ai vus ,nous l’avons vu, ils ont vus, nous sommes plusieurs de Millions à l’avoir vus ,donc on inventent rien, ce pas un film UNIVERSAL, produit par G.LUCASFILM, les effets spéciaux étaient un peu mortels, y manquait plus que les pop corn, je met une touche d’humour, mais, sachez , que nous ne sommes pas prêts de l’oublier.

DANEMARK
Sachez ,que l’on est tous démonté par ce qui vous accable, mais; j’ai toujours, et je pense que j’aurais toujours un doute ,sur les assassinats, qui se sont produits à PARIS, la ville, ou, je suis né ,et chez vous ,car franchement ,il y a vraiment ,vraiment, trop de zones d’ombres.
Bondy blog /café
Mise en scène : Nordine Nabili
Invités : Myriam El Khomri
présenté par : Nordine Nabili Faïza Zerouala Ozlem Unal Balla Fofana,.super prestation du black ,qui s’appelle,je crois BALA ,
Questions super pertinentes, savoir vivre(attendre ,que l’autre ait fini de parler ),super initiative pour cette émission
Jeunesse entreprenante, balaise……..quoi !,là ,je me dis ,que le bon sens et la tolérance , sont très très loin d’être oublier, quand ,il ne sont pas au service ,de menteur ,comme libé(july&co) ,que je lisais quand, j’étais plus jeune ,mais qu’ils écoutent leurs instincts, c’est le bon sens

Laurent louis
Laurent Louis, c’est cet élu belge courageux entre tous qui dénonce avec force et conviction la pédophilie en Belgique, ainsi que les « anomalies » qui ont permis le classement en catastrophe de l’affaire Dutroux. Sa liberté de ton ainsi que l’audace dont il a fait preuve lui ont valu opprobre de la classe politique et des médias qui lui font allégeance. Le 27 juin, devant le parlement belge, Laurent Louis s’est expliqué et a demandé que cessent les poursuites injustes et infondées dont il fait l’objet.
Une commission a instruit à charge contre lui, et ses conclusions n’ont pas été rejetées par le parlement lors du vote qui a eu lieu juste après cette requête malgré la force des arguments présentés par le député. Comment se fait-il que la totalité des autres parlementaires – 127 voix – se soient opposés à l’abandon des poursuites ? Il n’est pas difficile de comprendre l’importance de la décision du président de séance qui a exigé un vote nominatif. Chaque député était donc exposé aux représailles des réseaux ou de ses sympathisants en cas de soutien à cet encombrant personnage.
On sait que le site Internet de Laurent Louis a été censuré, qu’il a fait l’objet d’une demande d’examens psychiatriques… Aucune tracasserie ne lui a été épargnée, et surtout pas celle d’un lynchage public extrêmement douloureux pour celui qui en est victime.
Le député ne manque pourtant pas d’arguments comme le prouvent ses interventions que l’on trouve sur Internet (voir par exemple les liens sur cette page scoop-it) . On pourrait donc s’attendre à ce que certains journalistes ou certains élus lui emboîtent le pas. Mais non. Les institutions belges, qu’elles soient politiques ou judiciaires et les médias semblent pétrifiés par la crainte des réseaux dont on redoute à juste titre qu’ils impliquent des personnages aux sommets des différentes hiérarchies.
Toute attitude de soutien au seul élu qui ait pris ses responsabilités présente des risques que peuvent redouter ceux qui ont à l’esprit que des personnes ont été suicidées ou mises à l’écart à la suite de l’affaire Dutroux.
La question est maintenant de savoir si la Belgique va se reprendre ou capituler, tout en sachant que l’attitude de l’autruche ne mène à rien. La société civile aura-t-elle plus de courage ou de clairvoyance ? En tout cas, la marche blanche pour Julie et Melissa semble bien loin !
Ceux, qui l’attaque en Belgique, sont de la même trempe qu’en France,qui attaquent attaquaient JEAN MARIE et MARINE ,LEPEN,MARION……etc !,le FN depuis des années ,seulement, mêmes ,si leurs attaques sont toujours autant méprisables ,et d’une mauvaise foie déconcertante, leurs discours, eux ,ont changés c’est là ,ou on se rend compte que le gouvernement belges et le gouvernements Français sont liés ,mais les gens en générales et certains députés dans leurs gouvernements respectifs commencent à ce rendre compte que les mensonges qui passaient ,il y a quelques dizaines d’années ,ne passent plus,tout simplement parce que moi et d’autres,et certains députés ,nous nous sommes rendus compte moi, il m’a fallu 30 piges ( je comprends vite ,mais il faut m’expliquer longtemps) qu’on se faisaient roulés dans la farine,(y en a ,qui appellent ça de la farine) ,bref,et qu’on en avaient tous simplement marre. LAURENT LOUIS, ouvre la voix de la raison, je les déjà ,écouté,et sincèrement c’est un bon ,je ne dis pas ça ,que pour la flatterie qu’il se demande ,pourquoi ,ils le font tant chier ,la vérité ,ça déplait en général, mais à un moment ,ils auront tellement
La tête dans la merde, qu’ils faudra qu’ils arretent, on a un ancien ministre chez nous, qui peut en parler, de la tête dans la MERDE n’est ce pas ,JACK LANG, Une audition « ultra-discrète ». L’ex-ministre de la Culture Jack Lang a été entendu comme témoin en novembre dernier par la Brigade de protection des mineurs de la police parisienne, selon les informations de RTL. L’entretien avait été réalisé dans le cadre de l’enquête sur les propos de Luc Ferry, qui avait alors affirmé sur le plateau du Grand journal de Canal+ qu’un « ancien ministre » s’était fait « poisser à Marrakech dans une partouze avec des petits garçons «Eh !ouai, et c’est des mecs, enfin ,des mecs ?qui viennent te dire ,comment ,tu dois te tenir en société, MDR (lol).
Laurent Louis montre les photos de l’autopsie de Julie et …

Ca chauffe en Belgique : le député Laurent Louis, qui a publié cette liste des personnalités Belges impliquées dans les réseaux pédophiles et dans des affaires politico financières est vilipendé par l’ensemble de la presse belge. Avec à la clé, la plainte du père d’une des victimes de Dutroux, Julie Lejeune. Alors il contre attaque en publiant le premier rapport d’autopsie de Julie et mélissa, deux des victimes de Dutroux.
Les médias (tous alignés dans ce pays) ne cessent de nous répéter que Laurent Louis dépasse les bornes, d’ailleurs selon les médias belges, personne ne l’écoute. On titre « le député calomniateur » par-ci, « Laurent Louis a dépassé les bornes » par-là… On nous explique doctemment qu’il « pète les plombs », et répercute des rumeurs publiées sur « un obscur blog complotiste ». De fait, la fameuse liste aurait été interdite de publication en 2000. Ce qui n’étonnera aucun connaisseur des réseaux pédophiles.
Si ce n’était si grave, je serais pliée de rire !
Car, ces mêmes médias ont permis d’étouffer tranquillement l’affaire Dutroux, qui a bien failli faire exploser ce pays gangrené par le politique. Ces médias ont eu pour seule version : Dutroux est un « prédateur isolé », il « n’y a pas de réseaux pédophiles en Belgique », tout cela n’est que « théorie du complot ».
On aimerait bien, mais à moins d’être atrophié du cerveau ou juste un propagandiste abruti, on ne peut plus, décemment, dire que Dutroux était un « prédateur isolé », aujourd’hui en 2012. Car depuis que l’affaire a été étouffée, chacun a pu lire les 1.200 pages du dossier d’instruction. Chacun a pu voir qui a été promu (du gendarme qui est allé deux fois dans la cave de Dutroux sans jamais rien voir, Michaux, au procureur qui a enterré l’affaire, et jusqu’aux ministres qui ont permis les pires manigances) et qui a été détruit (les rares flics et gendarmes qui ont été le plus loin possible dans la vérification des témoignages des victimes : X1, X2, X3, etc.)
Téléchargez la note – HSBC Global Asset Management
Athènes: La Grèce prévoit de « revoir » une affaire de 1,2 milliards d’euros pour l’exploitant de l’aéroport allemand Fraport pour exécuter 14 aéroports régionaux, son ministre d’Etat a dit la télévision grecque samedi.
« Il (l’accord) n’a pas été scellé, » a déclaré Alekos Flabouraris. « Nous avons dit il sera arrêté et nous passerons en revue ».
Fraport, en partenariat avec énergie grec Cabinet Copelouzos, d’accord avec l’Agence de privatisation grecque en 2014 pour exécuter des aéroports dans les villes touristiques comme Corfou. C’était une des plus grandes offres de privatisation de la Grèce depuis le début de sa crise de la dette.

Rolls-Royce coupe 2015 bénéfices prévision sur l’affaissement de l’huile
Samedi 14 février 2015

Londres : Fabricant de moteur britannique Rolls-Royce vendredi réduit ses prévisions de bénéfices, blâmant culbutage des prix du pétrole qui ont blessé des revenus à sa division offshore marine.Bénéfices avant impôts cette année étaient censés être entre £ 1,4 milliards et £ 1,55 milliards (1,89 milliards d’euros/2,09 milliards d’euros, $ 2,2 milliards / $ 2,4 milliards), Rolls-Royce a averti dans un communiqué de résultats.Le bénéfice avant impôt a entre-temps coulé huit pour cent à £ 1,62 milliards en 2014, il added.Net bénéfices toutefois s’est effondrée sur coulissant défense revenus, devises indésirables…
ArcelorMittal bat les attentes pour 2014, abaisse 2015
Vendredi 13 février 2015
PARIS : Top sidérurgiste mondial ArcelorMittal battre les attentes avec une hausse de 8,5 % au bénéfice d’exploitation de $ 7,2 milliards (6,3 milliards d’euros) l’an dernier grâce à un ramassage demande aux États-Unis, mais abaissé ses prévisions de revenus.Le résultat, qui a battu les prévisions de $ 7 milliards dans l’EBITDA résultat la société faite au mois d’août, mais est en partie dû couper les investissements dans les activités minières comme le prix du minerai de fer est tombé.La société réduit sa perte nette à 1,1 milliards de $ 2,5 milliards en 2013. ArcellorMittal a réussi à compenser en partie le plongeon de 47 % dans le prix du minerai de fer l’année dernière en augmentant les expéditions, qui a grimpé de 6,9 % à 63,7 millions de tonnes.La compagnie, qui avait été bastonnée par la baisse de la demande d’acier dans ses principaux marchés en Europe et aux Etats-Unis en raison de la crise économique mondiale, a bénéficié d’un reb
UBS rapports bénéfice randonnée mais met en garde contre la pression franc suisse
Mardi 10 février 2015
ZURICH : Banking UBS géant mardi, a déclaré que son bénéfice net a bondi de 12,6 pour cent l’an dernier, mais les pressions récentes en surbrillance en raison de la valeur de la montgolfière du franc suisse et les taux d’intérêt négatifs.
En 2014, la première Banque Suisse a rapporté un bénéfice net de 3,57 milliards de francs suisses ($ 3,87 milliards, 3,41 milliards d’euros), sur le bénéfice d’exploitation jusqu’à un pour cent à 28 milliards de francs.
Pour le seul quatrième trimestre, le bénéfice net attribuable aux actionnaires de la société a bondi de 26 % à 963 millions de francs suisses, boostés par un avantage fiscal net de 493 millions de francs par rapport à l’année précédente.
Les résultats a battu les attentes des analystes interrogés par l’Agence de presse financière AWP, qui avait prévu un bénéfice net de 878 millions pour les trois derniers mois de l’année.
Avec impatience, la Banque a cependant soulignée qu’une récente décision de la Banque centrale de Suisse pour permettre le franc suisse à flotter le long côté quantitative assouplissement des mesures dans la zone euro voisine provoquerait des maux de tête pour le secteur bancaire et des marchés financiers du pays.
La Banque nationale suisse soudain a annoncé à la mi-janvier qu’après plus de trois ans, il soulevait un taux de change maximal forcé de 1,20 franc pour l’euro, permettant à la monnaie suisse s’envoler.
Le renforcement du franc, le long de la côté imposé récemment des taux d’intérêt négatifs en Suisse et dans la zone euro, « feront pression sur notre rentabilité et, si elles persistent, sur certains de nos niveaux de performances ciblées, » a déclaré UBS chef Sergio Ermotti et président Axel Weber dans le rapport de gains.
Ils insistaient cependant que « s’il est prématuré de tirer une conclusion sur le trimestre, nous avons eu un bon début à l’année. »
Le jury de l’UBS a entre-temps prévoit de proposer efficacement triplant le dividende versé aux actionnaires, il randonnée à 0,75 francs suisses par action.
Ce montant comprenait une bonification de 0,25-franc par action promise dans le cadre de son changement dans la structure juridique de se conformer aux nouvelles règles imposées aux banques considérées comme « too big to fail ».
Suite à l’annonce, la Banque a vu son prix de l’action tomber 2,24 % à 15,74 francs suisses dans le négoce de matin, que principal indice SMI des valeurs de la Bourse Suisse a chuté de 0,42 %.
Impôt de la HSBC fuit: HM Revenue à courir après les 20 millions de livres dans les comptes de la HSBC axée sur les Jersey

Exclusif : La Banque a dit qu’elle ne disposait pas de suffisamment de preuves de la fuite de données Jersey pour les condamnations pénales
Jeudi 12 février 2015
Environ 170 clients avec les comptes de la HSBC axée sur les Jersey ont la valeur qu’il doit payer jusqu’à £20m par UK fisc.
Margaret Hodge, le Président du Comité des comptes publics pour la Chambre des communes, a déclaré lors d’une audience hier que cette seconde fuite de données de la banque – lorsque prises aux côtés d’un beaucoup plus grand de Suisse – en 2012, a indiqué que son utilisation d’esquiver la taxe pourrait être « endémique ».
Les exigences de trésorerie à venir viennent au milieu d’une tempête de controverses sur la généralisation des bras suisses de la Banque pour évasion fiscale présumée et potentiellement l’évasion.
L’existence de la fuite de Jersey – d’un dénonciateur – est venu à la lumière en 2012 et a immédiatement déclenché une enquête HM Revenue & Customs.
HSBC à l’époque avait trois unités distinctes sur l’île. Ils ont un détail Banque traitant les besoins bancaires quotidiennes des citoyens de Jersey ; HSBC International, occuper des expatriés britanniques ; et Jersey de HSBC Private Bank.
Un ancien membre du personnel a déclaré à The Independent qu’il n’y a « squelettes dans le placard » datant d’avant la crise financière.
Sources HSBC a également dit que préoccupations au sujet de ses activités par le personnel en interne pourraient en temps seulement faire « remonter » jusqu’à supérieur immédiat de l’employé.Cela signifie qu’ils s’est souvent coincés dans le système.
HMRC a déclaré à The Independent que la fuite de données Jersey était « incomplète », ce qui empêcherait d’obtenir suffisamment de preuves pour obtenir des condamnations pénales contre les fraudeurs présumés, mais qu’il s’attendait à récupérer des fonds importants néanmoins.
Il a dit: « notre évaluation du risque, c’est que ces données peuvent nous aider à recouvrer l’impôt 10m £-£20m. Les données étaient incomplètes et vieux. Cela signifiait qu’il y avait pas suffisamment d’informations pour développer des enquêtes criminelles potentielles. Nous croyons que les données soient environ 10 ans. Elle comprenait également ceux qui avaient déjà déclarés leurs comptes offshore à travers des campagnes antérieures.
« Nous avons donné les visiteurs l’opportunité de divulguer volontairement au moyen du mécanisme de divulgation de dépendance de Couronne [commencé en avril 2013]. Chaque institution financière Jersey était obligée d’écrire directement à chacun de leurs clients pour leur parler de cette installation de divulgation. Nous contestons environ 170 qui selon nous présentent les risques les plus élevés. »
Les nouvelles des fonds Jersey pourraient accentuer la pression sur HSBC sur sa volonté apparente pour aider les clients fortunés à échapper à l’impôt.
Patron de HMRC, Lin Homer, face MPs sur le Comité de sélection hier, où elle a été interrogée sur la façon dont son organisation a géré les renseignements remis par les autorités Français en 2010.
Au milieu de la controverse de montage, actions HSBC a glissé par p 5,7 à 592,1 p. Depuis ses $1,5 milliard nous fine pour blanchiment d’argent, la Banque a cessé drapeau plantation et vendu à une chaîne d’entreprises. Il a maintenu qu’il maintenant met conformité au-dessus de rentabilité et a réformé ses processus et opérations pour refléter le fait que, en vertu des modifications apportées par l’actuel chef de l’exécutif, Stuart Gulliver.

J.P. Morgan Chase & HSBC argent Antitrust Class Action
Girard Gibbs LLP représente des investisseurs dans un recours collectif contre J.P. Morgan Chase & Co. et HSBC, alléguant que les banques ont violé les lois antitrust fédérales en manipulant les prix de l’argent à terme et des contrats d’option. Depuis début 2008, HSBC et J.P Morgan aurait été bâti extrêmement grandes positions courtes en argent à terme et options sur le Commodity Exchange Inc. (COMEX), avec J.P. Morgan, augmentant ses avoirs dérivés argent de plus 6 milliards de dollars ou de 220 millions d’onces.

Le recours collectif allègue que J.P. Morgan et HSBC utilisaient une variété de tactiques pour baisser artificiellement le prix de l’argent. La plainte allègue que HSBC et J.P. Morgan fait grand, coordonné des métiers, entre autres, à réduire artificiellement le prix de l’argent à des moments clés où le métal précieux doit ont fait du commerce aux niveaux supérieurs. En appuyant sur le prix de l’argent, le recours collectif allègue que les défendeurs fait de substantiels profits illégaux tandis que nuire aux investisseurs et interdisant la concurrence dans le COMEX argent marché à terme.
Rapports de « Whistleblower » allégué de J.P. Morgan Chase, HSBC Violations Antitrust
Selon un article récent du Wall Street Journal, un trader à Londres a signalé la manipulation présumée d’argent trading par HSBC et J.P. Morgan pour la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), le régulateur de dérivés américain. Dans un discours récent, le commissaire à la CFTC, Bart Chilton, a déclaré que l’organisme de réglementation américain enquêtait sur la question depuis plus de deux ans. « J’ai fortement encouragé l’Agence pour dire quelque chose sur la question pendant des mois, » a déclaré M. Chilton. « Le public mérite des réponses à leurs préoccupations cet argent marchés sont actuellement et ont été, manipulés. »
Poursuites coordonnés en instance Multidistrict Litigation
Les recours collectifs ont été regroupés dans un collectif de Multidistrict Litigation (MDL) qui est en attente devant l’Honorable Robert P. Patterson dans le District des États-Unis pour le District sud de New York, à Manhattan. L’action réunie réclame des dommages-intérêts et autres voies de recours en vertu de la Loi sur les échanges de marchandises, 7 U.S.C. § 25 et des lois antitrust fédérales, y compris la Sherman Act, 15 U.S.C. § 1.
Parler à un avocat Antitrust
Si vous souhaitez en savoir plus sur la J.P. Morgan Chase & HSBC Silver Antitrust Class Action, veuillez remplir le formulaire de contact sur la droite ou appelez au (866) 981-4800 pour parler à un de nos avocats antitrust.

Grandes banques sont condamné à une amende de $ 4,25 milliards dans l’enquête sur le truquage des devises
12 novembre 2014

Membres de l’autorité financière de conduite lors d’une conférence de presse à Londres mercredi, lorsque certaines des plus grandes banques du monde ont été condamné à une amende. Crédit Matthew Lloyd/Bloomberg News, via Getty Images
Mise à jour, 21:11 | Les commerçants se sont appelaient « les joueurs » et « les trois mousquetaires » comme ils ont uni leurs forces et échangé des informations à « double team » leurs clients et de manipulent les taux de change.
« Il est monté arrière dans son fauteuil… annonçant au bureau… c’est pourquoi j’ai eu la piscine prime, » a déclaré un commerçant à un rival après ils s’étaient entendus sur un taux, gagnant, selon les organismes de réglementation, un bénéfice de $ 513 000 sur le commerce.
Citing messages de causerie salle comme celles-ci, truffé de fautes de frappe, jargon et propos vulgaires, des organismes de réglementation des États-Unis, Britannique et Suisse mercredi une amende de certaines des plus grandes banques du monde un combiné $ 4,25 milliards, les accusant d’avoir comploté pour manipuler les marchés de devises.
Les amendes ne posent aucun risque pour la santé des banques qui se sont installés — UBS , JPMorgan Chase , Citigroup , HSBC et le Royal Bank of Scotland — ni étaient des commerçants ou des cadres inculpés d’actes répréhensibles. Et encore les colonies mercredi fermé uniquement le premier chapitre de ce qui est promet d’être une histoire plus dommageable pour les banques.
Le ministère de la Justice enquête sur une inconduite criminelle par les banques et leurs employés, a fait un exposé sur la question, une enquête qui est apparu pour chauffer ce mois-ci quand avocats de JPMorgan Chase s’est entretenus avec les procureurs à Washington d’ouvrir des discussions sur le cas de personnes. Citigroup devrait également avoir une réunion préliminaire avec les procureurs dans les prochaines semaines, a dit le peuple. Et Barclays, qui s’est retiré de la colonie de mercredi à la dernière minute sur les préoccupations qu’elle résoudrait qu’une fraction de leurs engagements dans l’affaire, a une réunion prévue pour ce mois-ci.
Le correctif de devises
Les autorités suggèrent qu’un groupe de commerçants de Londres, connu comme le « cartel » et la « mafia », peut avoir été illégalement plongeant dans le commerce de devises $5.3 billion-un jour.
Vidéo réalisée par Channon Hodge, Aaron Byrd et David Gillen sur La Date de publication 11 mars 2014. Photo par Aaron Byrd/The New York Times.
Alors que les pourparlers de règlement ne sont pas à l’ordre du jour — et toute peines possibles, notamment des plaidoyers de culpabilité et de grosses amendes, risquent d’attendre jusqu’à l’année prochaine — réunions signaler une nouvelle étape de l’enquête. Les réunions permettent également à le FED et Département des Services financiers à New York, deux organismes de réglementation qui était assis sur l’accord de mercredi, à se joindre aux réunions et extraire leurs propres sanctions énormes pour la manipulation des devises.
Le cas de la monnaie est le dernier scandale de menacer l’intégrité des marchés, un épilogue à des milliards de dollars en paiements pour abus dans les repères de taux d’intérêt, prêts hypothécaires et d’autres marchés. Mais avec environ $ 5,3 billions échangés chaque jour, le marché des devises du monde est le plus grand et le plus entrelacées de tous.
Mercredi, l’autorité conduite financière d’Angleterre a déclaré qu’il avait conclu un règlement un combiné 1,1 milliards de livres, soit plus de $ 1,7 milliards, avec cinq banques : UBS Suisse, HSBC et la Banque royale d’Écosse, d’Angleterre et JPMorgan Chase et Citigroup. Le régulateur britannique a déclaré qu’elle ne poursuivrait pas toute institution autre que Barclays sur abus de devises étrangères.
« Défaillances des banques d’établir des contrôles et systèmes adéquats sont ce qui a permis les commerçants de manipuler le taux fixe à travers les plus grandes devises du monde, » Martin Wheatley, chef de l’exécutif de l’organisme de réglementation britannique, a déclaré mercredi. « Et, défaillances, comme ça, sérieusement minent la confiance dans le marché et sapent les tentatives de vraiment réformer la culture bancaire. »
« Je ne veux pas m’asseoir ici, franchement, en ans deux ou ans trois avec une autre conférence de presse avec un autre défaut majeur sur le marché. L’industrie doit l’obtenir droite et doit l’obtenir droite rapidement. »
La Banque Suisse UBS ; les prêteurs britanniques HSBC et la Banque royale d’Écosse ; et l’américain les banques JPMorgan Chase et Citigroup. Crédit AFP, Getty Images
Bon nombre des banques ont déjà apporté des modifications. Environ 30 commerçants ont été suspendus ou ont tiré à la suite des enquêtes internes. Plusieurs de ces commerçants pourraient faire face à des accusations individuelles.
Aux États-Unis, la Commodity Futures Trading Commission imposée $ 1,4 milliards de pénalités contre Citigroup, HSBC, JP Morgan, R.B.S. et UBS. Le Bureau du contrôleur de la monnaie condamné à une amende de Citigroup, JPMorgan et Bank of America un combiné $ 950 millions pour ce qu’il dit sont « pratiques dangereuses et malsaines » à leurs entreprises d’échange de devises. Et organismes de réglementation en Suisse pénalisée UBS sur $ 138 millions.
L’administration financière de conduite a accusé les prêteurs de ne pas avoir des contrôles appropriés pour prévenir les inconduites dans des échanges de monnaies du groupe des 10 nations, tandis que la Commodity Futures Trading Commission accuse les commerçants sur les rives d’essayer de manipuler plus largement les taux de change de référence. La transaction avec la commission de négociation est la première action de grande application de la loi en vertu de son nouveau Président, Timothy G. Massadet son directeur de l’application de la Loi, Aitan D. Goelman .
Bon nombre des banques avaient signalé ces dernières semaines qu’un règlement était à venir, avec l’argent de côté réglage plusieurs amendes et autres frais, ou de réviser leurs résultats du troisième trimestre pour tenir compte de l’impact d’un éventuel accord.
Les documents que les régulateurs britanniques et américains publiés mercredi a offert un rare aperçu à une culture impétueux de la recherche effrénée du profit dans le marché des changes.
Ils montrent commerçants formant des groupes dans les banques avec des noms comme « les joueurs », « les trois mousquetaires », « une équipe, un rêve, » « coopérative » et « l’Agence tous risques. » En utilisant les noms de code pour identifier les clients, les groupes partagent des informations confidentielles sur les clients, y compris les fonds de pension, fonds spéculatifs et entreprises de gestion d’actifs gros.
Un seul document a montré une conversation entre les trois opérateurs — à JPMorgan, Citibank et UBS — discuter s’il faut laisser un quatrième dans leur groupe. « Il dira reste de bureau étoffe, » a demandé à un négociant, indiquant l’inquiétude sur la question de savoir si le nouveau participant pouvait faire confiance.
Un autre a répondu que c’était une bonne question parce qu’ils ne voulaient pas « autre numpty en mkt de savoir. »
Autre exemple : la C.A.F. a déclaré qu’un trader de Citigroup a été en mesure de générer un bénéfice de 99 000 $ pour l’entreprise de collusion avec les autres courtiers et de s’engager dans une série de transactions sur une période de 33 secondes devant un quotidien définissant, connue comme la difficulté, pour l’euro contre le dollar américain.
L’organisme de réglementation, a déclaré le trader a manipulé le correctif 13:15 euros dollars tel que déterminé par le Banque centrale européenne de chercher d’autres commerçants qui étaient planification au commerce dans le même sens et construction d’un grand livre d’ordres d’influer sur le prix, un processus appelé en négociant parle en tant que « en vous donnant les munitions » ou « construction ».
Citigroup a ensuite pu profiter en poussant le prix à la difficulté plus élevée que le prix moyen qu’il avait payé toute la journée pour euros sur le marché libre, a déclaré la C.A.F..
Dans cet exemple, plusieurs entreprises ont convenu de transférer leurs ordres d’achat à Citigroup, afin que le commerçant pourrait mettre dans une grande série d’ordonnances devant la difficulté, selon l’autorité de régulation britannique. Un commerçant à un autre cabinet correspondait aussi ses ordres de vente net avec des ordres d’achat d’un autre opérateur dans la salle de chat, éviter un conflit avec les plans du trader de la Citi.
Le commerçant a dit la Citigroup commerçant dans la salle de chat, « u shud soit agréable et claire à mangle, » ou de manipuler le correctif.
Banque des amendes pour la Manipulation des devises, en Millions

12 novembre 2014
CFTC arrêtés cinq banques de payer plus de $ 1,4 milliards dans les sanctions en cas de tentative de Manipulation de devises de référence tarifs
Citibank, HSBC, JP Morgan, RBS et UBS coordonné en négociation avec d’autres banques dans les bavardoirs privés dans leurs tentatives de manipulation
Washington, DC – The U.S. Commodity Futures Trading Commission (CFTC) a publié cinq ordres de dépôt et de régler les accusations portées contre Citibank N.A. (Citibank), HSBC Bank plc (HSBC), JPMorgan Chase Bank, N.A. (JP Morgan), la Royal Bank of Scotland plc (RBS) et UBS AG (UBS) (collectivement, les banques) pour tentent de manipulation d’et pour complicité de tentatives d’autres banques pour manipuler, global change (FX) référence taux de bénéficier les positions de certains commerçants.
Les ordres imposent collectivement plus de $ 1,4 milliards à des sanctions pécuniaires civiles, plus précisément: $ 310 millions chacun pour Citibank et JP Morgan, $ 290 millions chacun pour RBS et UBS et $ 275 millions pour HSBC.
Les ordres a aussi besoin d’aux banques de cesser de nouvelles violations et prennent les étapes spécifiées à appliquer et de renforcer leurs contrôles internes et les procédures, y compris la surveillance de leurs cambistes, afin d’assurer l’intégrité de leur participation à la fixation des taux de référence de devises étrangères et des communications internes et externes par les commerçants. La période pertinente de conduite varie selon les banques, avec conduite commençant pour certaines banques en 2009 et pour chaque banque, jusqu’en 2012.
Aitan Goelman, Director of Enforcement de la CFTC, a déclaré: « l’établissement d’un taux de référence n’est pas simplement une autre occasion pour les banques de réaliser un profit. D’innombrables individus et entreprises du monde entier s’appuient sur ces tarifs pour régler les contrats financiers, et cette confiance repose sur la foi en l’intégrité fondamentale de ces repères. Le marché ne fonctionne que si les gens ont confiance que le processus de création de ces repères est juste, ne pas corrompu par la manipulation de certaines des plus grandes banques du monde. »
Selon les ordres, l’un points de repère principal que les cambistes a tenté de manipuler était le monde marchés/Reuters fermeture Spot tarifs (tarifs WM/R). Les tarifs WM/R, le taux de référence FX plus largement référencé aux États-Unis et dans le monde, sont utilisées pour établir la valeur relative des monnaies différentes, qui reflètent les tarifs cités au cours de laquelle une seule monnaie est échangée contre une autre devise. Taux de référence de FX, comme les taux WM/R, sont utilisés pour la fixation des prix des swaps de devises, les swaps de change, opérations au comptant, en avant, options, futures et autres instruments financiers dérivés. Les paires de devises plus activement négociés sont la morosité. Dollar US Dollar/Japanese Yen et Sterling Sterling/U.S. Dollar. Par conséquent, l’intégrité des taux WM/R et autres repères FX est essentielle à l’intégrité des marchés aux États-Unis et partout dans le monde.
Les ordres trouvent que certains cambistes aux banques coordonné leur commerce avec les négociants à d’autres banques dans leurs tentatives de manipuler le taux de référence de FX, y compris les 16:00 fix WM/R. Cambistes au bord utilisé bavardoirs privés pour communiquer et planifier leurs tentatives de manipuler le taux de référence de FX. Dans ces salles de chat, cambistes aux banques divulgué ordre confidentiels sur les clients informations postes commerciaux, altéré des postes commerciaux afin de tenir compte des intérêts de l’ensemble du groupe et mis d’accord sur les stratégies de négociation dans le cadre d’un effort par le groupe pour tenter de manipuler certains taux de référence de FX. Ces salles de chat sont parfois exclusives et sur invitation seulement. (Des exemples du coordination chats sont joints sous Liens connexes.)
Les ordres également trouver que les banques n’a pas d’évaluer adéquatement les risques associés à leurs cambistes participant à la fixation de certain FX taux de référence et manquaient de contrôles internes adéquats afin d’éviter une mauvaise communication par les commerçants. En outre, les banques n’avaient pas suffisamment de politiques, de procédures et de formation spécifiquement régissant la participation dans le commerce autour des points de repère cours FX ; et avait des politiques inadéquates se rapportant à, ou une surveillance suffisante des, leurs cambistes utiliser des salons de discussion ou autres messages électroniques.
Selon les ordres, certains de cette conduite s’est produite pendant la même période que les banques étaient sur l’avis que la CFTC et les autres régulateurs enquêtaient par certaines banques tente de manipuler le London Interbank Offered Rate (LIBOR) et des autres critères de taux d’intérêt. La Commission a pris des mesures d’exécution contre UBS et RBS (parmi d’autres banques et les courtiers) dans le cadre du LIBOR et autres repères de taux d’intérêt. (Voir informations ci-dessous).
Les ordres de reconnaissent l’importante coopération de Citibank, HSBC, JP Morgan, RBS et UBS avec la CFTC, au cours de l’enquête sur cette affaire. Dans l’ordre de l’UBS, la CFTC reconnaît également que l’UBS a été la première banque à signaler cette faute à la CFTC.
Dans les questions connexes, l’United Kingdom Financial conduite autorité a émis un avis Final en ce qui concerne les mesures d’exécution contre les banques et la sanction collective de £1,114,918,000 (environ $ 1,7 milliards) et l’autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA) a émis une ordonnance régler les poursuites contre et exigeant la restitution de UBS AG.
La CFTC remercie et reconnaît l’aide précieuse du ministère de la Justice américain, le Federal Bureau of Investigation, le Bureau du contrôleur de la monnaie, le Conseil des gouverneurs du système fédéral de réserve, la Federal Reserve Bank de New York, la CAF et la FINMA.
Les membres du personnel CFTC Division of Enforcement responsables de ces cas sont Robert Howell, Jonathan Huth, Traci Rodriguez, Jennifer Smiley, David Terrell, Melissa Glasbrenner, Heather Johnson, Jordon Grimm, Elizabeth Streit et Gretchen L. Lowe.
Impôt de la HSBC fuit: HM Revenue à courir après les 20 millions de livres dans les comptes de la HSBC axée sur les Jersey

Exclusif : La Banque a dit qu’elle ne disposait pas de suffisamment de preuves de la fuite de données Jersey pour les condamnations pénales
Jeudi 12 février 2015
Environ 170 clients avec les comptes de la HSBC axée sur les Jersey ont la valeur qu’il doit payer jusqu’à £20m par UK fisc.
Margaret Hodge, le Président du Comité des comptes publics pour la Chambre des communes, a déclaré lors d’une audience hier que cette seconde fuite de données de la banque – lorsque prises aux côtés d’un beaucoup plus grand de Suisse – en 2012, a indiqué que son utilisation d’esquiver la taxe pourrait être « endémique ».
Les exigences de trésorerie à venir viennent au milieu d’une tempête de controverses sur la généralisation des bras suisses de la Banque pour évasion fiscale présumée et potentiellement l’évasion.
L’existence de la fuite de Jersey – d’un dénonciateur – est venu à la lumière en 2012 et a immédiatement déclenché une enquête HM Revenue & Customs.
HSBC à l’époque avait trois unités distinctes sur l’île. Ils ont un détail Banque traitant les besoins bancaires quotidiennes des citoyens de Jersey ; HSBC International, occuper des expatriés britanniques ; et Jersey de HSBC Private Bank.
Un ancien membre du personnel a déclaré à The Independent qu’il n’y a « squelettes dans le placard » datant d’avant la crise financière.
Sources HSBC a également dit que préoccupations au sujet de ses activités par le personnel en interne pourraient en temps seulement faire « remonter » jusqu’à supérieur immédiat de l’employé.Cela signifie qu’ils s’est souvent coincés dans le système.
HMRC a déclaré à The Independent que la fuite de données Jersey était « incomplète », ce qui empêcherait d’obtenir suffisamment de preuves pour obtenir des condamnations pénales contre les fraudeurs présumés, mais qu’il s’attendait à récupérer des fonds importants néanmoins.
Il a dit: « notre évaluation du risque, c’est que ces données peuvent nous aider à recouvrer l’impôt 10m £-£20m. Les données étaient incomplètes et vieux. Cela signifiait qu’il y avait pas suffisamment d’informations pour développer des enquêtes criminelles potentielles. Nous croyons que les données soient environ 10 ans. Elle comprenait également ceux qui avaient déjà déclarés leurs comptes offshore à travers des campagnes antérieures.
« Nous avons donné les visiteurs l’opportunité de divulguer volontairement au moyen du mécanisme de divulgation de dépendance de Couronne [commencé en avril 2013]. Chaque institution financière Jersey était obligée d’écrire directement à chacun de leurs clients pour leur parler de cette installation de divulgation. Nous contestons environ 170 qui selon nous présentent les risques les plus élevés. »
Les nouvelles des fonds Jersey pourraient accentuer la pression sur HSBC sur sa volonté apparente pour aider les clients fortunés à échapper à l’impôt.
Patron de HMRC, Lin Homer, face MPs sur le Comité de sélection hier, où elle a été interrogée sur la façon dont son organisation a géré les renseignements remis par les autorités Français en 2010.
Au milieu de la controverse de montage, actions HSBC a glissé par p 5,7 à 592,1 p. Depuis ses $1,5 milliard nous fine pour blanchiment d’argent, la Banque a cessé drapeau plantation et vendu à une chaîne d’entreprises. Il a maintenu qu’il maintenant met conformité au-dessus de rentabilité et a réformé ses processus et opérations pour refléter le fait que, en vertu des modifications apportées par l’actuel chef de l’exécutif, Stuart Gulliver.

CAF amendes cinq banques £ 1,1 milliards pour les manquements de FX et annonce le programme d’assainissement de l’ensemble de l’industrie
Publié le : 11/12/2014
L’autorité financière de mener (CAF) a infligé des amendes d’un montant total de £1,114,918,000 ($ 1,7 milliards) sur cinq banques pour défaut de contrôle des pratiques commerciales dans leur G10 spot trading de devises (FX) opérations : Citibank N.A. £225,575,000 ($ 358 millions), HSBC Bank Plc £216,363,000 ($ 343 millions), JPMorgan Chase Bank N.A. £222,166,000 ($ 352 millions), la Royal Bank of Scotland Plc 217.000.000 £ ($ 344 millions) et UBS AG £233,814,000 ($ 371 millions) (« banques »).
Le marché FX G10 est un marché financier systémiquement important. Au cœur de l’action d’aujourd’hui est notre conclusion que les manquements à ces banques sapent la confiance dans le système financier britannique et mettent son intégrité en péril.
En ce qui concerne la Barclays Bank Plc, nous évoluera notre enquête sur cette entreprise qui couvrira sa FX spot G10 trading entreprise et également des secteurs d’activité FX plus larges.
En plus de prendre des mesures d’exécution contre et enquêter sur les six entreprises où nous avons trouvé la pire faute, nous lançons un programme d’assainissement de l’ensemble de l’industrie pour s’assurer entreprises s’attaquent aux causes de ces défaillances et augmenter les normes sur l’ensemble du marché. Nous exigera de haute direction au sein d’entreprises de prendre la responsabilité de fournir les changements nécessaires et attester que ce travail a été effectué.
Cela s’ajoute notre travail de surveillance continue et les réformes plus larges aux marchés revenu, des produits de base et la devise fixes qui font l’objet de l’Expo-UK et examen des marchés efficace.
Entre le 1er janvier 2008 et le 15 octobre 2013, contrôles inefficaces dans les banques autorisées G10 spots cambistes de mettre intérêts leurs banques avant ceux de leurs clients, les autres participants du marché et le système financier plus large de UK. Les banques n’a pas à gérer les risques évidents autour de confidentialité, de conflits d’intérêts et de conduite commerciale.
Ces défauts admis commerçants à ces banques de se comporter de manière inacceptable. Ils ont partagé des informations sur les activités des clients qu’ils avaient été approuvés de garder confidentiels et a tenté de manipuler les taux de change FX spots G10, y compris en collusion avec des commerçants au sein d’autres entreprises, d’une manière qui pourrait désavantager les clients et le marché.
Amendes d’aujourd’hui sont la plus importante jamais imposée par la CAF, ou son prédécesseur, la Financial Services Authority (FSA), et c’est la première fois, la CAF a poursuivi un arrangement avec un groupe de banques de cette façon. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les autres organismes de réglementation au Royaume-Uni, en Europe et aux États-Unis: aujourd’hui l’organisme de réglementation Suisse, FINMA, a dégorgé CHF 134 millions ($ 138 millions) de UBS AG ; et, aux États-Unis, la Commodity Futures Trading Commission (« la CFTC ») a imposé une pénalité financière totale de plus $ 1,4 milliards sur les rives et le Bureau du contrôleur de la monnaie (‘l’OCC’) a imposé une pénalité financière totale de $ 700 millions sur Citibank N.A. et JPMorgan Chase Bank N.A.
Depuis le Libor améliorations générales ont été apportées dans l’ensemble de l’industrie des services financiers, et certaines mesures correctives a été prise par les banques une amende aujourd’hui. Cependant, malgré notre action bien médiatisée en ce qui concerne le Libor et l’importance systémique du marché spot FX G10, les banques n’a pas pris des mesures adéquates pour causes profondes sous-jacentes de la faillite dans cette entreprise.
Martin Wheatley, directeur exécutif de la CAF, a dit :
« La CAF ne tolère pas la conduite qui met en péril l’intégrité des marchés ou le plus large système financier britannique. Enregistrement d’aujourd’hui marque la gravité les défauts que nous avons trouvé et les entreprises doivent assumer la responsabilité de le mettre juste les amendes. Ils doivent s’assurer de que leurs traders jouer pas avec le système pour augmenter les profits, ou laisser l’éthique de leur conduite à la conformité à s’inquiéter. Engagements de la haute direction pour changer doivent devenir une réalité dans tous les domaines de leur activité.
« Mais ce n’est pas juste au sujet des mesures d’exécution. Il s’agit d’une combinaison d’actions destinées à grimper les standards du marché dans l’ensemble de l’industrie. Toutes les entreprises ont besoin de travailler avec nous pour offrir un changement réel et durable à la culture de la salle de marché. Cela est essentiel pour restaurer la confiance du public dans les services financiers et de maintenir sa position comme une forte et concurrentiel centre financier de Londres. »
Tracey McDermott, directeur de la CAF de l’application de la Loi et de la criminalité financière, a dit :
« Entreprises aurait pu être dans aucun doute, surtout après le Libor, que le fait de n’avoir pas pris de mesures pour lutter contre les conséquences d’un libre pour toute culture sur leurs planchers commerciaux était inacceptable. Ce n’est pas d’avoir des armées du personnel de conformité cochant des cases. Il s’agit de comprendre les entreprises, et leur conduite, gestion des risques peut-être poser aux marchés. Lorsque des problèmes sont identifiées, nous attendons les entreprises à traiter avec ceux rapide, décisive et efficace et s’assurer qu’ils appliquent les leçons au sein de leur entreprise. S’ils ne parviennent pas à le faire ils vont continuer à faire face à des coûts importants de réglementation et de réputation. »
Clive Adamson, directeur de la CAF de surveillance, a dit :
« Les mesures de contrôle que nous annonçons aujourd’hui aidera à s’assurer que le véritable changement culturel est fourni par l’industrie, et que la haute direction sous sa responsabilité de veiller à ce que les plus hauts standards d’intégrité fonctionnent sur l’ensemble de leurs activités commerciales. »
Le marché FX
Le marché FX est un des marchés plus importants et les plus liquides du monde avec un chiffre d’affaires journalier moyen de $ 5,3 billions, dont 40 % se déroule à Londres. Le marché FX est un gros marché financier et spot FX repères (également connu sous le nom de « bugs ») sont utilisés pour établir la valeur relative des deux monnaies. Correctifs sont utilisés par un large éventail de sociétés financières et non financières, par exemple pour aider les biens de valeur ou de gérer le risque de change.
Enquête de la CAF s’est concentrée sur les monnaies du G10, qui sont le plus couramment utilisé et une importance systémique, et sur le Reuters WM 16:00 et 13:15, Banque centrale européenne fixe.
Conclusions de la CAF
Action aujourd’hui montre que nous ne tolérerons pas de conduite qui porte atteinte à l’intégrité de ce marché crucial ou le plus large système financier britannique.
Nous espérons que les entreprises à identifier, évaluer et gérer correctement les risques que leur entreprise fait peser sur les marchés où elle opère et de préserver l’intégrité du marché, si ces marchés sont réglementés. Bien qu’il n’y a aucune règle précise régissant le FX spot non réglementée du marché, l’importance de la gestion des risques liés aux affaires de FX spot par le biais de systèmes efficaces et contrôles est largement reconnue dans les codes de l’industrie.
Nous avons constaté qu’entre le 1er janvier 2008 et le 15 octobre 2013, les banques n’a pas exercé contrôle adéquat et efficace leur FX spot G10 négoce. Par exemple politiques étaient de haut niveau et entreprise à l’échelle dans la nature, il y avait insuffisance de la formation et des conseils sur comment ces politiques mises en œuvre à cette entreprise, contrôle de la conduite des opérateurs G10 spot FX était insuffisante et surveillance n’était pas conçu pour identifier les comportements constatés lors de notre enquête.
Les bonnes valeurs et la culture n’étaient pas suffisamment intégrés dans G10 spot FX entreprises les banques qui a abouti à ces entreprises agissant dans l’intérêt propre des banques sans respect pour les intérêts de leurs clients, les autres participants du marché ou l’ensemble des organismes financiers UK.
Commerçants à différentes banques formés serré en tricot groupes dans lesquels les renseignements ont été transmis sur l’activité du client, y compris en utilisant des noms de code pour identifier les clients sans les nommer. Ces groupes ont été décrits comme, par exemple, « les joueurs », « les 3 Mousquetaires », « 1 équipe, 1 rêve », « une coopérative » et « the a-Team ».
Commerçants partagent l’information obtenue par le biais de ces groupes pour les aider à élaborer leurs stratégies de négociation. Ensuite, ils tentèrent de manipuler les taux fix et déclencher des ordres « stop loss » des clients (qui sont conçus pour limiter les pertes que pourrait faire face à un client si exposé à des variations de taux de devise indésirables). Ce commerçants impliqués tentant de manipuler le taux de la devise concernée sur le marché, par exemple, faire en sorte que le taux auquel la Banque avait accepté de vendre une devise particulière à ses clients était supérieur au taux moyen, qu’il avait acheté cette devise pour le marché. En cas de succès, la Banque en profiteraient.
Entreprises peuvent légitimement gérer les risques liées aux commandes de client en échangeant sur le marché et peuvent faire un profit ou une perte en conséquence. Il est totalement inacceptable, toutefois, que les entreprises de se livrer à des tentatives de manipulation pour leur propre bénéfice et au détriment de certains clients et autres acteurs du marché potentiel. Notre avis Final des exemples où chaque banque commerce a réalisé un bénéfice significatif.
En fixant l’amende pour chaque banque, nous avons considéré, entre autres choses : recettes approprié de la Banque, de la gravité de la violation, le dossier disciplinaire de chaque banque et réponse à des questions plus larges autour de Libor, le degré de coopération montré par chaque banque et la connaissance et/ou l’implication de certains de ceux chargé de gérer cette partie du business de la Banque.
Nous avons également augmenté la peine afin de refléter plus précisément la gravité des risques liés à un marché d’importance systémique et l’échec dans l’ensemble de l’industrie de tirer les enseignements nécessaires sur la lutte contre ces risques, étant donné les défaillances similaires qui ont été soulevées dans le cadre du Libor.
Les banques ont convenu de s’établir à un stade précoce et donc qualifié pour une remise de 30 % au titre du plan de réduction de colonisation de la CAF. Sans la réduction de l’amende totale aurait équivalu à £1,592,740,000 ($ 2,5 milliards): Citibank N.A. £322,250,000 ($ 511 millions), HSBC Bank Plc £309,090,000 ($ 490 millions), JPMorgan Chase Bank N.A. £317,380,000 ($ 503 millions), la Royal Bank of Scotland Plc 310,000,000 £ ($ 492 millions) et UBS AG £334,020,000 ($ 530 millions).
Notre enquête a duré 13 mois, impliqué plus de 70 personnel d’exécution et de la coopération sans précédent avec les régulateurs nationaux et internationaux. Nous nous félicitons des enquêtes criminelles du Serious Fraud Office personnes.
S’attaquer aux causes profondes
Il est clair d’après nos constatations, qu’il y ait une pratique très répandue de pauvre sur le marché FX. La CAF a cherché à prendre des mesures d’exécution rapides contre les pires délinquants, et a aujourd’hui annoncé qu’il réalisera un programme d’assainissement de surveillance sectoriels pour les entreprises à traverser les normes du marché.
La CAF effectue déjà des commentaires plus larges de façon efficace entreprises réduisent le risque des traders manipulant des repères et s’assurer que les renseignements confidentiels ne sont pas abusés et seront penchera également sur la façon dont les entreprises gèrent conflits d’intérêts. Nous utiliserons nos résultats pour informer le programme de remise en état selon qu’il conviendra.
Le programme d’assainissement exigera des entreprises à revoir leurs systèmes et les contrôles et les politiques et les procédures liées à leur activité de FX spot pour s’assurer qu’ils sont d’un niveau suffisamment élevé pour gérer efficacement les risques encourus par l’entreprise. Le travail au sein de chaque cabinet dépendra de plusieurs facteurs, par exemple, la taille de l’entreprise et sa part de marché et impact, le travaux de réparation déjà prises et le rôle de l’entreprise sur le marché.
Dans certains cas, les examens se feront sentir au-delà G10 spot FX, et nous exigerons des entreprises à explorer tout lire partout dans les marchés émergents de FX, FX ventes, produits dérivés et structurés référençant des taux de change et des métaux précieux.
Haute direction sera demandée afin d’attester que les mesures ont été prises et que les systèmes et les contrôles des entreprises suffisent gérer ces risques. Cela fera en sorte qu’il y a clairement les responsabilités et l’accent de la haute direction sur les questions spécifiques à chaque entreprise où la CAF s’attend à voir changer.
La CAF a joué un rôle clé dans le développement convenus au niveau international les normes réglementaires sur les repères, y compris le travail de l’Organisation internationale des régulateurs de valeurs (OICV) et le Conseil de stabilité financière. Nous participent activement à l’élaboration de la réglementation européenne sur les repères et coprésident le Fair UK et examen de marchés efficaces qui envisage des réformes plus larges pour les marchés de revenu, des produits de base et la devise fixes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s