le 19012015C

Bonjour à tous,
Le président de la guinée équatorial Theodoros Oboïan Ngeuma Mbasogo,, a donné 30 milles € de sa poche ,pour lui c’est ,cela peut paraître presque rien pour lui et son gouvernement(, mais ,quand même, cela prouve ,qu’il n’y a pas que des cons ,et des égoïstes sur la planète ,qui ne pensent qu’à leurs gueules)un pays ,qui n’est certaine ment pas franc-maçon, pour réagir ,comme cela, car sur les pays en Afrique, ça devient rare, ,pour que ses administrés aillent voir les matchs de Foot ,qui doit avoir lieu dans sa capital à MALABO, je crois; avec de grandes équipes de FOOT africaines de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN)2014,2015 ,ces 30 milles € ont été donner en autre, pour lutter contre EBOLA ,la température est prise sur chaque personne avec un pistolet à température, celle-ci peut ,après, rentrer dans le stade, c’est là ,que l’on voit l’application réelle de notre technologie,(certains, vont se dire, il ,nous parle de l’AFRIQUE, mais ,on s’en fiche, EH,BEN ,NON ,on s’en fiche pas, car ,il ne faut pas oublier ,qu’en foot entre autres choses….. ressources minière , pétrole ,c’est notre premier client, je veux dire par là, qu’heureusement, qu’on les a (façon de parler)car beaucoup de joueurs et d’entraineurs viennent et vont en AFRIQUE, et les instances internationales ne s’y sont pas trompées, Kofi Annan est au siège de la FIFA
classement fifa afrique
http://www.afrique-sport.com/clafifa.htm
Fifa + Afrique
Coupe d’Afrique des nations 2015 : l’ONU encourage les équipes à respecter le fair-play
Pour infos:
Coupe du monde 2014
La Commission de discipline de la FIFA a décidé ce jeudi 12 septembre de sanctionner la Fédération cap-verdienne de Football (FCF) pour avoir aligné un joueur non qualifié au profit de la Tunisie.
Suite à la décision de la Commission de discipline de la Fifa rendue ce 12 septembre, donnant la Tunisie vainqueur face au Cap-Vert, parce que ce dernier a aligné un joueur inéligible pour la rencontre ayant opposé la Tunisie au Cap-Vert le 7 septembre 2013, le classement Fifa, rendu public ce même 12 septembre 2013 juste après, a permis de voir plus clair dans la composition des différents chapeaux en vue du tirage au sort du dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa, zone Afrique, prévu le 16 septembre prochain au siège de la Confédération africaine de football
Dans le premier chapeau on retrouvera la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’Algérie, le Nigeria qui occupent les quatre premières places au classement et la Tunisie (7e).. Les cinq autres pays qualifiés pour ces play-offs et que sont : l’Egypte (8e), le Burkina-Faso (9e), le Cameroun (10e), le Sénégal (11e) et l’Ethiopie (25e) constitueront le deuxième chapeau.
Les équipes du premier chapeau seront opposées à celles du deuxième chapeau. Le tirage au sort de lundi prochain au Caire se déroulera en deux phases. Une première pour déterminer les confrontations et une seconde pour savoir laquelle des équipes recevra en premier. Les matchs aller vont se disputer dans la période allant du 11 au 15 octobre et le retour dans celle allant du 15 au 19 novembre.
Chapeau 1 : Côte d’Ivoire, Ghana, Algérie, Nigeria, Tunisie.
Chapeau 2 : Egypte, Burkina-Faso, Cameroun, Sénégal, Ethiopie

Ligue des champions 2013
Groupe A
AC Leopards (CGO) – Orlando Pirates (AFS) 1-0
Al Ahly (EGY) – Zamalek (EGY) 4-2
Classement :
1. Al Ahly (10 points, +1)
2. Léopards (7 points, 0)
3. Orlando Pirates (7 points, +4)
4. Zamalek (4 points, -5)
Groupe B
Espérance Tunis (TUN) – Recreativo de Libolo (ANG) 3-2
Séwé Sport (CIV) – Coton Sport (CAM) 0-0
Classement :
1. Espérance Tunis (12 points)
2. Coton Sport (8 points)
3. Recreativo de Libolo (4 points)
4. Séwé Sport de San Pedro (4 points)

Coupe de la Confédération 2013
Groupe A
Etoile du Sahel (TUN) – CS Sfaxien (TUN) 1-1
Stade Malien (MAL) – Saint-George (ETH) 1-0
Classement :
1. CS Sfaxien (13 points)
2. Stade Malien (7 points)
3. Etoile du Sahel (5 points)
4. Saint-George (3 points)
Groupe B
TP Mazembe (RDC) – ES Sétif (ALG) 4-2
CA Bizertin (TUN) – FUS Rabat (MAR) 1-0
Classement :
1. TP Mazembe (10 points)
2. CA Bizertin (8 points)
3. FUS Rabat (5 points)
4. ES Sétif (3 points)

CORE DU NORD
Je ne l’apprécie pas, déjà d’entrée, un dictateur, lui et moi ,on peut pas être copain ,c’est épidermiologique, ça file des boutons ,mais, les états unies se permette de l’insulter, car pour ,faire un film, sur lui en se foutant ouvertement de sa tronche
Déjà ,c’est pas cool, même ,si ,c’est Pou—-re, pour moi ,c’est l’insulter ouvertement, et comme si ,cela ne suffit pas, ils n’ont pas de preuve, mais ils savent que ,c’est lui, c’est vrai que la cia et le fbi sont balaises ,mais si eux n’ont pas touvés de preuves,incriminentes ,comment vont faire les autres pourquoi, ces sanctions
Pas de preuve d’implication « directe »
C’est dingue,cela me rappelle ,quelque chose !on accuse ,sans preuve, on fabules ,on invente, il suffit de peu .
Des responsables de l’administration Obama ont reconnus qu’il n’était pas prouvé que les entités et les individus visés par ces nouvelles sanctions soient directement impliqués dans la cyber-attaque contre Sony Pictures, qui avait conduit dans un premier temps Sony à renoncer à diffuser le film « The Interview (« L’interview qui tue ! »).
Mais la Maison Blanche a souligné que le Bureau général de reconnaissance (BGR), le service du renseignement militaire rattaché au ministère de la Défense, gérait un grand nombre des cyber-attaques d’ampleur menées par le régime de Pyongyang.
« The Interview », comédie qui relate les aventures de deux journalistes recrutés par la CIA pour assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a provoqué la colère de la Corée du Nord et a été dénoncée par les « Guardians of peace » (les Gardiens de la paix), le groupe de hackers qui a revendiqué l’attaque informatique du 24 novembre contre Sony Pictures.
Outre le Bureau général de reconnaissance (BGR), deux sociétés sont visées par les sanctions imposées vendredi : la Korea Mining Development Trading Corporation (Komid) et la Korea Tangun Trading Corp, toutes deux liées au programme d’armement de la Corée du Nord. Elles ont toutes deux déjà été sanctionnées. Les dix personnes sanctionnées travaillent pour ces deux sociétés, notamment pour la Komid, et ne font pas partie de la haute direction de la Corée du Nord.
La Corée du Nord fait l’objet de sanctions de la part des États-Unis depuis les années 50. Elles sont été renforcées après les trois essais nucléaires auxquels Pyongyang a procédé depuis 2006.
La Corée du Nord dénonce « l’hostilité » de Washington
Pyongyang a dénoncé, dimanche 4 janvier, le renforcement par les États-Unis de leur arsenal de sanctions à son encontre. Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a déclaré que le refus de Washington de lancer une enquête conjointe était le signe de sa « mauvaise conscience ». « Les actions persistantes et unilatérales de la Maison Blanche et l’adoption de sanctions (…) prouvent manifestement qu’elle ne s’est pas départie de sa répugnance et de son hostilité invétérées » envers la Corée du Nord, a déclaré un porte-parole cité par l’agence officielle KCNA.
Avec Reuters et AFP
Rapport annuel 2010 de la Cour des Comptes : ICI

DETTE PUBLIC
Pour comprendre la crise mondiale en cours, Damien Millet et Eric Toussaint (CADTM) mettent à notre disposition un ensemble de données qui permettent de déchiffrer un des ressorts essentiels de la situation internationale envisagée du point de vue du Sud de la planète. Des années 1960 à la crise globale qui frappe la planète aujourd’hui, le réseau international CADTM n’a cessé et ne cesse de jeter un regard critique sur l’économie mondiale et les mécanismes de domination qui sont en jeu.
L’analyse des différentes statistiques est un élément central afin d’identifier les véritables enjeux et de proposer des alternatives à la hauteur de ceux-ci. Mal-développement humain, inégalités, dette odieuse, transferts financiers, cours des matières premières, Banque mondiale et FMI, tous les chiffres de la dette sont passés au crible par le CADTM dans ce vade-mecum 2009. Loin des longs discours dominants, le vade-mecum du CADTM projette un éclairage cru sur les réalités chiffrées d’un monde qui vacille.
Un tel éclairage alimente la réflexion pour jeter les bases d’une logique économique radicalement autre, socialement juste et écologiquement soutenable.
Les chiffres La dette – CADTM – Comité pour l’annulation de …
FICHIERS PDF A TELECHARGER
CADTM – Les Chiffres de la dette 2012 – CADTM – Comité pour …
COMITE D’ANNULATION DE LA DETTE DU TIERS MONDE

La dette publique des Etats de l’Union européenne
Depuis plusieurs années, l’ampleur de la dette publique européenne ne cesse d’augmenter. La crise économique et financière de 2008, associée aux politiques de rigueur visant à réduire les déficits publics et donc, théoriquement, les niveaux d’endettement, apparaissent comme les principales raisons expliquant l’accroissement de la dette de l’Union européenne égale, en 2013, à 85,4 % du PIB.
La dette publique, qui représente la dette de l’Etat, c’est-à-dire l’ensemble des emprunts contractés par l’État, ne doit pas être confondue avec le déficit public qui est un solde annuel négatif entre des ressources et des dépenses.

Les données publiées en octobre 2014 par Eurostat font apparaitre deux phénomènes : la hausse quasi générale de l’endettement public et la baisse, quasi générale également, des déficits publics, au sein de l’Union européenne. En 2013, la dette des 28 Etats membres se porte à 85,4 % du PIB. Celle de la zone euro équivaut quant à elle à 90,9 % du PIB. Entre 2010 et 2013, l’endettement a augmenté, de manière continue, de 7,2 %, soit une hausse plus rapide que celle du PIB (5,79 % sur la même période).
Individuellement, six pays affichent un niveau de dette publique supérieur à 100 % du PIB. Il s’agit de la Grèce (174,9 %), du Portugal (128 %), de l’Italie (127,9 %), de l’Irlande (123,3 %), de la Belgique (104,5 %) et de Chypre (102,2 %). Entre 2010 et 2013, le niveau d’endettement public par rapport au PIB a fortement augmenté dans de nombreux pays européen. Chypre est le pays dans lequel la dette a progressé le plus fortement (+45,7 points de PIB) devant l’Irlande (+35,9 points), la Slovénie (+32,5 points) et le Portugal (+31,8 points).
A l’inverse, 12 Etats membres sur 28 demeurent sous le seuil de 60 % du PIB, fixé par le Pacte de stabilité et de croissance. Les niveaux de dette publique les plus bas se trouvent en Estonie (10,1 %), en Bulgarie (18,3 %), au Luxembourg (23,6 %) et en Roumanie (37,9 %). Entre 2010 et 2013, la dette n’a diminué que dans 4 Etats membres de l’Union européenne : en Lettonie (-8,6 points de PIB), en Hongrie (-3,6 points), en Allemagne (-3,4 points) et en Autriche (-1,2 point).
En France, la dette publique est supérieure à celle de l’Union européenne et de la zone euro, et s’élève à 92,2 % du PIB en 2013. Entre 2010 et 2013, l’endettement français a progressé de 10,7 points de PIB.
Entre 2010 et 2013, la dette publique a augmenté plus rapidement que le PIB dans 14 Etats membres sur 27 – la Grèce étant un cas particulier dans la mesure où il s’agit du seul pays européen dans lequel le PIB et la dette ont diminué, en valeur, sur cette période. Sur cette période, en Slovénie, la dette a augmenté 154,8 fois plus vite que le PIB. En Croatie, la dette a augmenté 36,6 fois plus vite que le PIB. Et en Italie, la dette a augmenté 16,5 fois plus vite que le PIB. A l’inverse, en Lettonie, le revenu s’est accru 13,3 fois plus vite que la dette sur cette même période. En Estonie, le PIB a augmenté 4,4 fois plus vite que l’endettement.
Notons enfin que, presque partout en Europe, la réduction substantielle du déficit public s’est accompagnée, paradoxalement, d’une forte hausse de la dette. Un effort qui en effet, en période de faible croissance (+ 5,79 % entre 2010 et 2013 pour l’Union européenne ; 4,12 % pour la zone euro) s’est répercuté sur le niveau de dette publique. 23 Etats membres sur 28 sont en effet parvenu à diminuer leur déficit, quand 24 augmentaient leur taux d’endettement.
Budget : quelle sanction européenne pour la France ? Examiné par l’Assemblée nationale depuis le 14 octobre, le projet de loi de finances 2015 de la France est également à l’étude à Bruxelles depuis aujourd’hui. Prévoyant un déficit de 4,3 % du PIB, le pays est largement hors des clous du Pacte de stabilité et de croissance et pourrait recevoir un avis négatif de la part de la Commission européenne. Outre l’impact politique certain d’une telle critique, le spectre d’une amende d’au moins 0,2 % du PIB n’est pas totalement à exclure. Les tractations ont débuté. L’issue est incertaine.
Une dette du Québec à 245 milliards de dollars est-elle inquiétante?
Cet après-midi, le ministre des Finances Raymond Bachand se présentera devant les médias pour le dévoilement de son budget. Chaussé de souliers neufs, une incontournable tradition relative à cet exercice, il nous dira que le Québec s’en tire bien et que son gouvernement fait un travail d’une remarquable efficacité.
Au-delà de l’enrobage politique du budget, il faut porter une attention particulière aux chiffres. Et un chiffre pèse particulièrement lourd : la dette du secteur public,qui regroupe l’ensemble des obligations financières du gouvernement. Les Québécois sont d’ailleurs 80 % à s’inquiéter de la voir augmenter.
Quand on creuse un trou à un rythme dépassant les 21 000$ la minute, c’est compréhensible.
En 2010, fin de situer le niveau d’endettement du Québec par rapport à celui des autres pays de l’OCDE, le ministère des Finances a fait le calcul : le Québec était au 5e rang des pays industrialisés les plus endettés après le Japon, la Grèce et l’Italie notamment . La méthode de l’OCDE prend en compte les dettes de toutes les administrations publiques, y compris la part de la dette fédérale supportée par les contribuables québécois. Parce qu’en fin de compte, c’est toujours le même contribuable qui paie, quel que soit le niveau de gouvernement.
Sachant tout cela, on peut se demander qui figure parmi le 20 % des répondants pour qui la dette n’est pas source d’inquiétude. Nous apprenions cette semaine qu’il s’en trouve un certain nombre à la direction de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ)
Alors, est-ce le niveau d’endettement du gouvernement est inquiétant ou pas?
La dette n’a pas augmenté depuis 2003… mais nous seront moins de travailleurs pour la payer!
La CSQ souligne que l’endettement du Québec est resté stable en proportion de l’économie depuis 2003. Vrai, la dette a augmenté, mais notre richesse aussi. La dette du secteur public se situe aujourd’hui à près de 245 milliards de dollars.
Tout d’abord, la dette était déjà préoccupante en 2003. En 2012, elle l’est donc toujours.
Ce que la CSQ ne mentionne pas, c’est que nous serons de moins en moins de travailleurs pour assumer cette charge. En effet, il y a quelques décennies, il y avait environ 7 travailleurs pour un retraité. Dans un avenir très rapproché, nous serons 2 travailleurs pour un retraité.Vue sous un angle « social », la dette qu’on lègue aux générations futures apparaît soudainement beaucoup plus préoccupante.
Les taux d’intérêts ont chuté alors on « économise » des milliards en intérêts… aurions-nous dû emprunter plus d’argent pour « économiser » plus?
Le service de la dette est faible présentement parce que les taux d’intérêt atteignent des niveaux historiquement bas. Ce n’est pas une raison pour s’endetter davantage, parce qu’il faut garder en tête que les taux peuvent et vont remonter. On devrait plutôt profiter de ces bas taux pour diminuer notre endettement public maintenant, afin de ne pas être pris au dépourvu lorsque les taux passeront de 3 % à 6 % par exemple.
Juste portrait des finances publiques du Québec

Dans une publication de l’Institut économique de Montréal à paraître le jour du budget, je vous présente un portrait de l’endettement du Québec. Entre autres, cette courte étude explique un mystère pour bien des contribuables : pourquoi la dette continue d’augmenter même lorsque le gouvernement est en « déficit zéro » ?
.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s