le0201215C

us ,

SITE OFFICIEL DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCE-ISRAËL
ISRAEL VALLEY FRANCE – UNE QUESTION TRES SENSIBLE : SI JEAN-LOUIS BORLOO DEVENAIT LE PATRON DE VEOLIA, LA STRATEGIE DE CONQUÊTE DU MARCHE Très récemment, une page entière du journal Haaretz avait été consacrée à la place de plus en plus grande que prend Veolia (qui est actif depuis 20 ans) dans l’Etat hébreu. Il s’agit du groupe Français qui a le plus progressé en Terre-Sainte en cinq ans. Le chiffre d’affaires annonçé par Denis Gasquet de Veolia (Senior Executive Vice-President) est de 1,5 milliards de shequels (300 millions d’euros environ) en 2011.L’équipe de managers Français active en Israël est reconnue comme étant particulièrement compétente et entrepreneuriale. Depuis hier, les milieux d’affaires israéliens qui sont en relation constante avec le Groupe Français Véolia s’interrogent sur les rumeurs de changement à la tête de Véolia. Israël restera t-il un pays clé pour les nouveaux patrons du Groupe ? Impossible de le savoir.Jean-Louis Borloo (le nouveau P-DGde Véolia ?) est une personnalité très connue des milieux juifs de France. Il a assisté au dernier Dîner du Crif. Selon un observateur présent : “Jean-Louis Borloo, était tout sourire mais emmitouflé dans son écharpe”.Selon le Figaro : “L’hypothèse selon laquelle Nicolas Sarkozy serait intervenu pour favoriser la nomination de Jean-Louis Borloo à la tête de Veolia a suscité hier de nombreuses réactions de colère et d’indignation dans la classe politique, en particulier de François Hollande. Nicolas Sarkozy a qualifié d’”absurde » l’hypothèse. “Ce qui est vrai en revanche, c’est que Veolia a une véritable interrogation sur son avenir”, a dit le ministre.Tout en soulignant que Jean-Louis Borloo avait les “compétences” pour prendre la tête de Veolia, Gérard Longuet a estimé qu’un politique pouvait se convertir aux affaires “à condition de renoncer à la politique définitivement et complètement”. Il faut “respecter le délai de viduité, le veuvage. On ne se remarie pas tout de suite”, a-t-il dit.Dans le cas de Jean-Louis Borloo, ce “délai” n’est pas encore établi, a-t-il dit. “Oui”, a-t-il répondu à la question de savoir s’il était trop tôt pour Jean-Louis Borloo ».
En 1998, l’entreprise veolia est renommée Vivendi.
En 2003, Vivendi Environnement devient Veolia environnement.
En 2005, le nom « Veolia » est utilisé pour toutes les divisions du Groupe (eau, propreté, services énergétiques et transport) et un nouveau logo est créé.
Veolia (autrefois Veolia Environnement, Vivendi Environnement et précédemment Compagnie Générale des eaux) est une multinationale française
AHhh !!!d’accord ,je comprends mieux,la fameuse retraire de JL .BORLOO ,parce que, soit disant Mr se retirer de la politique,parce qu’il était malade ,Bonne convalescence, Jean-Louis ,mef, quand même ,parce qu’il a l’habitude de tirer sur ses petits copains, il suffit de demander à FILLON,JUPPE,BERTRAND ,il y a environ ,un an, Hillary Clinton ,ne s’était pas montrée tendre avec lui ,à la suite d’un G20 ,ou7,ou 8,,bref ,Soit disant, qu’il dirait du mal des gens ex :OBAMA,POUTINE ,,et d’autres certainement, cela ne m’étonne même pas
Aaahhh d’accord SARKO ,BORLOO?DSK?PECHENARD ?HORTEFEUX??MORANO?WOERTH?GUEANT?UMPS
Tous,ce p’tit monde c’est passé le mot, BORLOO,ou autre , augmente le prix des traversée des iles bretonnes, , avec ?LA CORSE ,liquiditaion judiciaire de la compagnie TRANSDEV ,ne leur à pas suffit,d’une ,il n’assure pas en CORSE ,de deux,il n’assure pas en BRETAGNE,je ,vous rappel que les 220MILLIONS de dette,vous les avez bien pris de la BANQUE EUROPEENNE ,lui ,on bien fait un prêt ,il prennent un prétexte bidon ,comme d’habitude,pour augmenterles prix,supposez,que vous allez rendre visite à vos beaux parents ,ou,vos grands parents ,ce n’est parce que ,vous avez soit disant ,une maison secondaire,tous le monde n’a pas la chance d’avoir ,une maison secondaire ,comme tous ces voleurs
Une belle fille qui fait la traversée 2fois par jour ,devrait payé ,l’équivalent de 4 trajets,non met ,vous allez ,ou là,vous
Mettez des pauvres mecs aux chômage parce que ,vous vous êtes enrichit sur leurs tronches parce que ,vous avez claqués 220 MILLIONS ,que ,vous n’avez pas été capable de rentabiliser ,et ,qui ne sont pas aller dans leurs poches, c’est sûr !!!!et ,vous l liquidez, l’affaire ,mais P-T-N ZARMA,vous êtes mauvais nul ,même.Et vous faites payés aux autres ,le poids de votre incompétence.
VIVEMENT ,QUE VOUS FOUTIEZ ,LE CAMP ?VOUS ETES FRANCHEMENT MAUVAIS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
REPOTASSEZ VOS BOUQUINS D’ECONOMIE

Le Tribunal de Commerce de Marseille a confirmé ce vendredi le placement en redressement judiciaire de la SNCM. Cette décision logique au regard de l’incapacité de la compagnie de rembourser ses dettes, constitue un camouflet pour les syndicats qui dénonçaient une manoeuvre de la direction, renforcée par la décision de la collectivité de Corse d’exiger le remboursement de sommes versées. Selon la décision rendue ce matin, la SNCM bénéficie d’un redressement judiciaire avec période d’observation de 6 mois, sensé lui permettre de se restructurer et de trouver un repreneur.Par delà les conjectures et les postures, la vraie question qui demeure et que perosnne n’aborde directement, est le fait que le redressement judiciaire n’éteindra pas l’obligation qu’a la compagnie et son éventuel repreneur de rembourser près de 220 millions d’euros d’aides indues, suite au jugement rendu par la cour de justice européenne. Ce jugement est éxécutoire et non susceptible d’appel.Un éventuel repreneur sera donc tenu de s’y plier, car le propriétaire actuel de la SNCM, le groupe Transdev, n’a aucune intention de réinjecter un centime dans le tonneau des Danaïdes que représente la compagnie marseillaise.Clairement, seule une liquidation judiciaire, en créant une discontinuité juridique de la compagnie – sa cessation d’activité pure et simple – parviendrait à clore définitivement les sanctions européennes.Dans ce contexte, la proposition de reprise de la compagnie qui vient d’être communiquée par Baja Ferries semble bien étonnante, tandis que le spectre de la liquidation émerge désormais, tel le périscope d’un sous-marin, dans le sillage de la SNCM.
Je suis en train de penser à ce jeune handiacapé de 13,15 ans,qui avec ses 2 moignons aux bras et aux 2 jambes, arrivent se mesurer à des valides ,CHAPEAUX TRES ,TRES ,TRES , BAS ,P-T-N de leçon de vie ,LA CLAQUE !!!,mais ,je suis sûr qu’il en a autant dans la Tronche, que dans les muscles,y en a ,qui devraient en prendre de la graine, car il n’est jamais trop tard !!!!!!!!!!!
Loi macron
Les frondeurs PS prêts au combat contre la loi Macron

Comment veut il que l’on soit optimste ,avec un gouvernement aussi mauvais,lorsqur’on lui dit blanc,il fait noir .
Comment est ce possible ?
En 2015, les frondeurs aussi, seront combatifs, n’en déplaise au président de la République qui a pourtant formulé, mercredi soir, des vœux qui leur étaient aussi destinés. Le député PS des Hauts-de-Seine Jean-Marc Germain a salué le ton de l’allocution de François Hollande – «J’ai retrouvé des accents du discours du Bourget, dans le volontarisme. J’ai été très heureux, je me réjouis de ces nouvelles perspectives», a-t-il affirmé sur iTélé – mais il n’y aura pas de trêve à l’Assemblée. «Nous sommes prêts à voter contre la loi Macron si elle ne va pas dans le bon sens», a résumé le député.
«Nous voterons ce qu’on estime être bon pour le pays et ne voterons pas ce qui ne nous semble pas convenir», a martelé l’un des chefs de file de la fronde au sein de la majorité parlementaire. La loi Macron, qui sera discutée à partir du 26 janvier à l’Assemblée nationale, «va à contresens de l’histoire économique, au sens où nous considérons que notre pays a besoin de plus de règles, de directions impliquées par l’Etat. Qu’on favorise l’accès à la profession de notaire pour ceux qui ont les diplômes et les compétences, bien sûr, mais favoriser le travail du dimanche ou moins pénaliser les chefs d’entreprise, ça ne va pas dans le bon sens», a assuré l’ancien directeur de cabinet de Martine Aubry et époux de la maire de Paris Anne Hidalgo.
Hier soir, le président a défendu que les propositions de son ministre de l’Economie allaient donner «un coup de jeune» à la société française. «Ce n’est pas du tout une loi coup de jeune», rétorque Germain, «c’est une fausse modernité type Blair et Schröder d’il y a vingt ans. La vraie modernité, que la finance se mette au service de l’économie réelle». Quant à la gauche moderne, elle doit se concentrer selon lui sur «les trois enjeux du moment» : l’écologie, un grand plan numérique, les territoires.

Baisse des allocations familiales, diminution de la prime de naissance : où en est-on ? Est-ce acté ?

Par Aurélie Blondel,publié le 21/10/2014 à 18:07, mis à jour le 25/10/2014 à 11:20
La ligne du gouvernement en matière de politique familiale est décidément difficile à suivre ! Après avoir annoncé il y a moins d’un mois son intention de réduire la prime de naissance, il propose désormais plutôt de moduler les allocations familiales selon les revenus. Mais attention, le processus législatif ne fait que commencer et de nouvelles surprises sont possibles…
om/Philippe Huguen
Dernière heure – samedi 25 octobre : l’Assemblée nationale vote la modulation des allocations familiales.
C’est mardi soir dernier que débutait l’examen du budget de la Sécurité sociale à l’Assemblée nationale – le fameux « PLFSS ». Le débat, qui va durer plusieurs jours, promet d’être houleux car une réforme majeure des allocations familiales a été annoncée le 16 octobre. Ce vendredi, les députés ont voté la modulation de ces aides aux familles. Mais attention, le processus législatif est en cours et le projet de Budget de la Sécurité sociale peut encore être modifié à l’Assemblée et au Sénat d’ici à la fin de l’année.
L’idée est de les moduler en fonction des revenus. Le gouvernement a négocié ce point avec le groupe des députés socialistes. Il ne figurait pas dans son projet de loi d’origine, présenté le 8 octobre, mais a été introduit via un amendement. Et ce n’est pas tout : il a des répercussions en cascade sur les autres mesures qui avaient été annoncées par le gouvernement en matière de politique familiale. Souvenez-vous, il était question de baisser la prime de naissance et les aides à la garde, notamment. Un point s’impose pour y voir plus clair !
En quoi consisterait la réforme des allocations familiales ?
Actuellement, elles sont versées sans condition de ressources à partir du deuxième enfant. Le montant varie en fonction du nombre d’enfants : 129,35 € pour 2, 295,05 € pour 3, etc. L’amendement déposé par le groupe socialiste le 17 octobre dit que ces allocations varieraient à l’avenir en fonction des ressources des ménages. Au plus tard, à partir du 1er juillet 2015.
Qui serait concerné ? Quels montants seraient versés ? Si la mesure est votée, le barème sera ensuite fixé par le gouvernement, par décret. Ce dernier a précisé que pour les parents de deux enfants touchant plus de 6000 € par mois, il comptait diviser les montants actuels par 2. Et par 4 pour ceux qui touchent plus de 8000 € par mois (revenus totaux du couple). Selon Les Echos, les revenus pris en compte seraient les revenus nets de l’année N-2 (2013, donc, pour les allocations 2015), 13e mois réintégré dans les revenus mensuels et revenus du patrimoine compris. Les plafonds augmenteraient avec le nombre d’enfants, de 500 € par enfant, toujours selon Les Echos.
Exemple : une famille avec deux enfants et 7000 € de revenus nets touche 1552,20 € d’allocations en 2014, ce serait 776,10 € sur une année avec les nouvelles règles. Selon les auteurs de l’amendement, 600 000 foyers seraient concernés, soit 12 % des ménages percevant des allocations familiales. Une économie de 800 millions est attendue en année pleine. Reste que le dispositif prévu expose à des effets de seuils brutaux, il est probable qu’il soit modifié pour les atténuer.
Quid de la majoration d’allocations qui devait être reportée à 16 ans ?
Le gouvernement comptait reporter de 14 à 16 ans l’âge à partir duquel les familles peuvent bénéficier d’un bonus d’allocations familiales de 64,67 €. Ce n’est plus d’actualité, a-t-il annoncé le 16 octobre. En revanche, ce bonus pourrait être concerné par la modulation des allocations familiales : la majoration pourrait être réduite dans les mêmes proportions que l’allocation de base pour les familles dépassant les plafonds de revenus.
Qu’adviendrait-il de la prime de naissance ?
Finalement, rien ne changerait de ce côté ! Rappelons que l’idée du gouvernement était de diviser par trois le montant de la prime de naissance (de 923,08 à environ 300 €) versée à partir du deuxième enfant. A ses yeux, la réforme des allocations familiales fait que cette mesure d’économies n’est plus « nécessaire ».
Les aides à la garde d’enfant seront-elles abaissées ?
A priori non. Le gouvernement avait annoncé son intention de diminuer les aides à la garde d’enfant pour les 20 % des familles aux revenus les plus élevés. Cette mesure serait aussi abandonnée en raison de la réforme des allocations familiales.
Et le congé parental dans tout ça ?
L’exécutif avait indiqué fin septembre qu’il souhaitait réformer le congé parental, sans livrer beaucoup de détails. Il a précisé son intention la semaine dernière : le congé pourrait toujours durer jusqu’à 3 ans à partir du deuxième enfant, mais à condition qu’il soit partagé de la manière suivante : l’un des parents devrait prendre 2 ans, l’autre 1 an. L’objectif affiché est d’inciter les pères à prendre ces congés et d’éviter d’éloigner les femmes trop longtemps du marché du travail. Cette réforme doit être menée par décret.
Attention, le processus législatif ne fait que commencer et le projet de Budget de la Sécurité sociale peut encore être modifié à l’Assemblée et au Sénat d’ici à la fin de l’année
Ilaura fallu que certaine sommité leur fassent comprendre,que nous allions dans le mûr,si,ils le savaient ;ilaurait fallu virer de bord bien avant ,je remercie cette économiste d’avoir réagit comme cela ,c’est vrai ,il n’aura pas ,la légion d’honneur ,mais,on se rapellera de LUI(Thomas Piketty),AH ,ça,c’est sûr !,AH ,ça,c’est sûr !
L’économiste Thomas Piketty refuse la Légion d’honneur. CHAPEAUX BAS ,Monsieur,CHAPEAUX ,TRES ,TRES BAS
P-T-N,heureusement,qu’on vous a !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
PARIS (Reuters) – L’économiste français Thomas Piketty a refusé jeudi sa nomination dans l’ordre de la Légion d’honneur, jugeant que le gouvernement ferait mieux « de se consacrer à la relance de la croissance en France et en Europe ».Directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Thomas Piketty a acquis une notoriété internationale avec son livre « Le Capital au XXIe siècle » paru en 2013 et devenu un best-seller dans de nombreux pays dont les Etats-Unis. « Je viens d’apprendre que j’étais proposé pour la Légion d’honneur », a-t-il dit jeudi à l’AFP. « Je refuse cette nomination car je ne pense pas que ce soit le rôle d’un gouvernement de décider qui est honorable (…) Ils feraient bien de se consacrer à la relance de la croissance en France et en Europe », a-t-il ajouté. L’économiste n’a pu être joint par Reuters. « Thomas Piketty, comme l’ont déjà fait avant lui certains récipiendaires, a la liberté d’accepter ou non cette distinction », a-t-on réagi au cabinet de la secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Geneviève Fioraso, qui a proposé sa nomination. « Il a choisi de la refuser, ce dont nous prenons acte. L’excellence et la visibilité de son travail demeurent. »Thomas Piketty est nommé par un décret du président de la République daté du 31 décembre et publié jeudi au Journal officiel au grade de chevalier de la Légion d’honneur, en même temps que de nombreuses autres personnalités. Parmi elles figurent le prix Nobel de littérature 2014 Patrick Modiano et le prix Nobel d’Economie Jean Tirole, tous deux faits officiers de la Légion d’honneur. L’économiste de 43 ans, un temps proche du Parti socialiste, a souvent été critique de la politique menée par le gouvernement depuis deux ans et demi. « Je pense qu’il y a un degré d’improvisation dans la politique fiscale et la politique économique de François Hollande qui est effectivement assez consternant », déclarait-il en juin dernier au monde.fr. Sur Twitter, l’un des chefs de file des frondeurs du PS, le député Christian Paul, a estimé que le meilleur hommage à rendre à ses travaux serait de « s’en inspirer pour une réforme enfin structurelle, celle de la fiscalité française. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s