le 31122014C

Bonjour à tous,

INTERNATIONALE :

Elections en Grèce: ce n’est pas encore gagné pour la gauche anti-austérité Syriza
Le parti de gauche anti-austérité Syriza a de bonnes chances d’arriver au pouvoir après les législatives du 25 janvier, ce qui provoque des inquiétudes dans la zone euro, mais le jeu des alliances pourrait lui être défavorable. Le score attendu de Syriza, crédité de 28% selon un sondage publié lundi, ne pourrait lui assurer une majorité parlementaire suffisante pour former un gouvernement à lui seul et il serait alors contraint de rechercher des alliances auprès de petits partis. »Le paysage politique actuel reste opaque car on ne sait pas lequel des petits partis aura une représentation au Parlement et pourrait participer à une coalition », relève Manolis Alexakis, sociologue politique à l’Université de Crète.Au lendemain de l’échec du Parlement à élire un nouveau président de la République, le Premier ministre conservateur, Antonis Samaras, en tête d’une coalition droite-socialistes depuis deux ans, a dû se résoudre à demander à l’actuel président, Carolos Papoulias, comme le prévoit la Constitution, des élections anticipées et la dissolution du Parlement.Cette dissolution doit être officiellement signifiée aux députés mercredi mais les responsables politiques n’ont pas attendu pour lancer la campagne.Antonis Samaras a de nouveau brandi le spectre de la sortie de la Grèce « de la zone euro ».Il faut entrer « dans la bataille des élections avec responsabilité » car « de cette lutte dépend le maintien du pays dans l’Europe », a-t-il lancé avant son entretien avec Carolos Papoulias. Dans un autre discours devant son parti, il s’est dit certain de « gagner les élections », avertissant que si Syriza met en oeuvre l’année prochaine « la moitié de son programme », il creusera un trou « de 35 à 38 milliards » dans le budget du pays.Un des responsables de la politique économique du parti de gauche, Yiannis Milios, qui avait rencontré les milieux financiers à Londres il y a quelques semaines, a affirmé, dans une interview à l’agence de presse grecque ANA, « qu’une grande partie de la communauté économique mondiale (…) a compris que le potentiel de développement de l’économie grecque ne peut s’exprimer qu’avec la fin des politiques d’austérité ».La Gauche radicale souhaite aussi négocier avec l’Union européenne et le Fonds monétaire international une nouvelle restructuration de la dette publique, qui continue d’être le fardeau de l’économie grecque.- En quête d’un ‘faiseur de roi’ -Dans les sondages, Syriza est le « premier parti et ce sera difficile de renverser cette tendance », a affirmé à l’AFP le politologue Ilias Nikolakopoulos.Si Syriza ne trouve pas de partenaire pour former une coalition, de nouvelles élections devraient être organisées, comme ce fut le cas en mai 2012, au pic de la crise grecque. Cette éventualité exacerbe les craintes des créanciers de la Grèce, UE et FMI, qui n’ont pas terminé l’audit du pays pour débloquer la dernière tranche des prêts européens. Lundi, le FMI a suspendu son aide dans l’attente d’y voir plus clair. « La pression de l’Europe est importante et Syriza sera contraint de se déplacer vers le centre pour trouver un partenaire », estime Manos Papazoglou, professeur de sciences politiques à l’Université de Péloponnèse.Selon cet analyste, To Potami (La rivière), un nouveau parti qui souhaite occuper le centre-gauche des socialistes du Pasok en pleine déconfiture, « pourrait devenir le « kingmaker » » (faiseur de roi, ndrl).Créé par un journaliste qui a rassemblé plusieurs personnalités du centre, ce parti est crédité de 6,1% d’intentions de vote et arrive en troisième position après le Syriza et la Nouvelle-Démocratie (droite). Les Grecs Indépendants, un parti populo-nationaliste et anti-austérité, dirigé par un dissident de la droite « pourrait en profiter s’il arrive à franchir le seuil minimum requis de 3% pour entrer au Parlement », explique Manos Papazoglou, tout en insistant sur le fait que « cette alliance serait fragile ». L’inquiétude dominait dans la presse grecque de mardi, le quotidien libéral Kathimerini jugeant ces élections « cruciales pour l’avenir du pays ».Ta Néa (centre-gauche), plus gros tirage, estime que les élections anticipées « vont se dérouler dans un climat d’incertitude ».La Bourse d’Athènes, qui avait terminé avec des pertes de 4% lundi, quelques heures après l’annonce des élections anticipées, a limité la casse mardi, reculant de 0,45% sur la séance.
NATIONALE :

Pour ne pas changer ,le’’ diviser pour mieux régner,’’ à fait ,son chemin ,mais n’enlève pas le problème ,du tiers et autres gardes ! .Certains ceux sont réellement rendus compte de leur incapacité à diriger un ministère ,et à gouverner, ils sont parait il des pro; des pro de la glande,ouai ! ,(le FN ne sera pas capable de diriger ,il n’a pas l’habitude )sincèrement ,il n’est pas difficile de faire mieux que vous Ce n’est pas ,parce que l’on est suggéré ,et/ou pistonner par des incapables ,que l’on est capable de diriger un ministère ,d’ailleurs à ce sujet ,vous devriez faire quelque chose ,car nous allons tous, dans le mur ,mais nous ,les coups on connaît, je veux dire par là que nous ,on pourra se relever ,vous , j’en doute, il serait ,peut être temps ,d’avoir à la tète de se ministère ,une personne ,qui sache de quoi, les médecins parlent, c’est pas ,le siècle (L’association Le Siècle est fondée par Georges Bérard-Quélin. Son objectif est de faire se rencontrer les « élites »MDR pour mieux se connaître au-delà du clivage gauche-droite ,tous le monde se tambourine),dite moi ,à part papautés ,et refaire le monde ,que faites vous !ce n’est pas le siécle.qui va lui montrer ,comment gérer ,car, on ne compte ,le nombre de bourdes ,qu’elle a commis(le médicament à l’unité, les fameux paquet neutre(boite similaire ,pour toutes les marques ).AH, ce qui me fait bien marrer ,et montre à quel point ces gens là, les média TV sont d’une mauvaise foi maladive c’est ce’’ gentil journal ‘’BFM ,qui ,lorsqu’il fait un reportage sur la grève des médecins, ne trouve pas mieux que de montrer une personne âgée ,et qui dit bien fort:BEN, j’ai téléphoné, mais le médecin n’était pas ,peut être aux sports d’hivers ,histoire de bien ,enfoncé le clou .C’est là ,qu’on se rend compte ,que toutes les lois pourries ,qu’ils nous ,sortie pour nous asservir, depuis 50 ans ,les médias étaient dans le coups,je serais curieux de savoir ,combien d’aide de l’état ,et aide européenne, c’est perfusés de subventions touchent par mois,le csa,en autres ? La rupture semble donc consommée avec le corps médical libéral.
La ministre « essaie de diviser » les spécialistes qui travaillent dans les cliniques et l’administration « en offrant à l’administration des gages de discussion, mais sur le dos de qui? », tranche Eric Henry, président du syndicat de médecins libéraux. Les médecins maintiennent la grève, pas les cliniques
Grève chez easyJet: 30% des vols annulés mercredi en France
La compagnie low cost easyJet a annulé 30% de ses vols mercredi en France et 26% jeudi en raison d’une nouvelle grève de deux jours menée par ses hôtesses et stewards français, une semaine après la précédente.Le groupe britannique a indiqué mardi dans un communiqué avoir annulé 70 vols mercredi et 68 jeudi.Il précise que 166 et 192 vols seront assurés ces deux jours-là respectivement, depuis et vers la France, sur le millier opéré quotidiennement dans l’ensemble du réseau mondial.Les deux syndicats SNPNC-FO et Unac protestent contre l’instabilité des plannings et la baisse de 25% du bonus annuel distribué sous formes d’actions aux salariés. Ils ont déposé un préavis de grève pour le 31 décembre et le 1er janvier, après un premier débrayage qui avait conduit à l’annulation de 38 vols les 25 et 26 décembre.Mercredi, le mouvement social touchera principalement les aéroports parisiens de Roissy Charles-de-Gaulle (24 annulations) et Orly (14), ainsi que celui de Lyon (20). Les autres annulations concernent Nice (6), Toulouse (4) et Lille (2).Jeudi, le trafic sera davantage perturbé à Lyon (22 annulations), Roissy (18) et Nice (16).Direction et syndicats ont renoué le dialogue mardi après-midi lors d’une conférence téléphonique, mais sans succès. »La discussion n’a pas permis de lever le préavis pour le 31 et le 1er », a indiqué à l’AFP Laurent Nicolas du SNPNC-FO, syndicat majoritaire chez les hôtesses de l’air et stewards français d’easyJet.Une conférence de presse est organisée mercredi à 11h30 à Roissy par les deux syndicats appelant à la grève.L’Unac avait affirmé avant même la reprise du dialogue que la grève serait « maintenue quoi qu’il arrive », selon sa déléguée Laeticia Oulaitoh, qui ne s’attendait à aucune concession de la part de l’entreprise.La direction aurait, selon elle, expliqué à l’ensemble des salariés français via le site intranet qu’elle ne renoncerait pas à la baisse du bonus annuel, décidée à cause d’un mauvais taux de « satisfaction » des clients. Les syndicats trouvent injuste la prise en compte de ce critère dans le calcul du bonus, arguant que le plus gros de la satisfaction du passager est généré par le traitement qu’il reçoit au sol (enregistrement, contrôle de sécurité) assuré par des prestataires.Ils reprochent en outre à easyJet d’avoir recouru à des salariés britanniques lors de la précédente grève, pour diminuer son impact, une « forme de travail dissimulé qui porte atteinte aux organismes sociaux et au droit de grève », a dénoncé dans un communiqué le SNPNC-FO.Contestée par les syndicats, cette pratique est cependant légale lorsqu’un groupe international fait appel en interne à ses propres salariés pour remplacer le personnel gréviste.
Le Conseil d’Etat confirme la radiation du Dr Bonnemaison, pourtant acquitté
Blog de L-euthanasie – L’euthanasie Dans Le M0nde – Skyrock.com merci à ce blog,informations très intéréssantes.
Le patient tout puissanten ALLEMAGNE

La jurisprudence et la loi sont d’accord pour reconnaître au malade incurable le droit de refuser des soins. L’arrêt des soins est considéré comme justifié si le malade a demandé clairement qu’on ne le maintienne pas en vie. De même, si un médecin pratique un acharnement thérapeutique sur un patient qui a clairement demandé le contraire, la législation allemande considérera cet acte comme une infraction.
Quand le suicide assister est permis en Belgique,quand ,on prend un rdv avec le médecin du canton en SUISSE, et qu’il vient faireles 2 piqures,chez vous .Quand,en hollande ,l’euthanasie est légale,quand,en Allemagne,le patient est tout puissant,nous en France,on punis encore des médecins, qui, comme le Dr BONNEMAISON ,qui libérent ces gens.
D’autant plus qu’une des filles d’une personne ,qui l’a soulagée à témoigner pour lui ,à sa décharge
DES CHARLOTS DES BOUFFONS
Quand les autres seront au moteur à hydrogène, on s’ra encore à la rame !!!!!!
De toute façons,dans deux ans,le conseil détat changera
Et ,si,cela touche quelqu’un ,que vous aimez,supposez,que cela ,soit vos parents,vos oncles,tantes fréres,soeurs,cousins ,cousines………….etc !
Le Conseil d’Etat a confirmé mardi la radiation de l’Ordre des médecins du Dr Nicolas Bonnemaison, pourtant acquitté en juin de l’accusation d' »empoisonnement » sur sept patients en fin de vie, une décision qui lui interdit définitivement tout exercice de la médecine. Acquitté le 25 juin par le jury populaire de la Cour d’assises de Pau, l’urgentiste de l’hôpital de Bayonne avait été formellement radié de l’Ordre des médecins le 1er juillet. Cette décision avait été prise le 15 avril par la Chambre disciplinaire de l’Ordre, qui avait jugé que ses actes justifiaient « par leur gravité » la radiation motivée par le Code de santé publique qui « interdit au médecin de provoquer délibérément la mort ».Nicolas Bonnemaison s’était pourvu contre cette radiation, finalement confirmée par le Conseil d’Etat qui a estimé que la loi « interdit de provoquer délibérément un décès », précise la plus haute juridiction administrative dans un communiqué. En conséquence, « la décision de la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins devient définitive, quelle que soit l’issue du procès devant la Cour d’assises d’appel », ajoute le Conseil.Un des avocats de l’urgentiste a immédiatement annoncé son intention de saisir la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH). « Nous nous y attendions. Nous irons devant la Cour européenne », a déclaré à l’AFP Me Benoît Ducos-Ader. « La manière dont il a été traité au Conseil d’État ne laissait rien augurer de bon », a-t-il ajouté.Sollicité par l’AFP, Nicolas Bonnemaison a simplement indiqué n’avoir « pris aucune décision » et qu’il ferait « le point avec les avocats dans les jours qui viennent ».- ‘Brisé mentalement et physiquement’ -Nicolas Bonnemaison, 53 ans, avait été acquitté de « la totalité des faits » par la Cour d’assises de Pau, à l’issue de onze jours d’audience souvent intenses, avec les témoignages de nombreux médecins et d’éminents spécialistes. Le praticien encourait la réclusion criminelle à perpétuité pour les faits survenus en 2010 et 2011.Mais le Parquet général avait fait appel le 2 juillet de l’acquittement et Nicolas Bonnemaison sera rejugé devant une Cour d’assises, à Angers, à une date qui reste à fixer. « Seul, l’acharnement peut expliquer de telles décisions », a réagi mardi la président du Comité de soutien à l’urgentiste, Anne Montagut. « La radiation par le Conseil de l’Ordre a eu lieu alors qu’il n’avait pas eu connaissance du contenu du dossier. Le même Conseil n’a pas radié des médecins qui, eux, revendiquaient des actes d’euthanasie ce qui n’a jamais été le cas du Dr Bonnemaison et tout cela après qu’il soit passé devant un jury populaire qui l’a acquitté lors d’un procès exemplaire », s’est-elle indignée. « Nous ne sommes pas surpris » a renchéri le Dr Frédéric Chaussoy, poursuivi pour avoir, en 2003, aidé Vincent Humbert à mourir, avant de bénéficier d’un non-lieu. « Il y a un magistrat du Conseil d’Etat qui siège au Conseil de l’Ordre, il aurait été étonnant que le Conseil d’Etat se déjuge », a-t-il relevé, décrivant un Nicolas Bonnemaison « brisé mentalement et physiquement ». »Je suis passé à travers, mais je n’ai jamais été radié, j’ai continué à travailler. Mais, lui, il n’est plus rien », a ajouté le praticien, membre du comité de soutien. « Nous allons continuer à nous bagarrer pour lui, à mobiliser le corps médical pour qu’on obtienne de nouveau un acquittement », a-t-il ajouté.Six mois après ce procès qui avait ravivé le débat sur l’euthanasie, le gouvernement a décidé de rouvrir ce dossier sensible et polémique. Deux députés, Jean Leonetti (UMP), déjà auteur d’une loi sur la fin de vie, et Alain Claeys (PS) ont fait des propositions prévoyant un droit nouveau « à une sédation profonde et continue » pour des malades en phase terminale, mais sans aller jusqu’à l’euthanasie active ou le suicide assisté.Le président François Hollande a annoncé la tenue le 21 janvier d’un débat parlementaire sans vote, qui sera suivi de la présentation d’une proposition de loi et du vote d’un texte à une date qui reste à fixer.
Merci pour,eux .Dr BONNEMAISON
« Autrefois synonyme de mort calme et sans souffrances, ce terme est aujourd’hui réservé à la pratique qui consiste à hâter la mort d’un malade incurable, dans le dessein d’abréger ses souffrances. » Définition extraite du Dictionnaire de Médecine Flammarion.

On distingue deux types d’euthanasies :

– l’euthanasie active : c’est le geste d’un tiers qui donne la mort.

– l’euthanasie passive : c’est l’arrêt des traitements qui abrège la vie lorsque le cas est désespéré. Certains disent que c’est un refus d’acharnement thérapeutique.
Chaque individu confronté à l’euthanasie est un cas particulier (l’âge, l’état psychologique du malade,…), il est donc impossible d’établir une loi pour tous.
Avec le cas de Vincent, l’acte d’euthanasie a été annoncé et réalisé en accord entre Vincent et sa mère tout en sachant qu’aucune exception ne serait tolérée dans son cas. Sa mère a agi illégalement en toute conscience.
D’un côté, la loi est valable pour tous : À quoi servirait-elle s’il y avait des exceptions ? Or chaque individu est particulier. Nous pensons que l’Euthanasie devrait être légal dans tous les pays , seuls les médecins sont les mieux pour en parler , pour donner leur avis sur la vie de leurs patients . Chaque individu à tout de même le droit de faire ce qu’il souhaite de sa vie ! surtout si il est atteint d’une maladie incurable , le mieux est que ses souffrances soient abrégées et le plus vite possible pour pas qu’il en souffre
Je me marre ,car on a ,encore ,sortie la pauvre Mme PERRICHON ,comme tous les ans ,presque ,à la même date, comme ,on sort un lapin de son chapeau, le délégué interministériel à la sécurité routière,Mr PECHENARD ,je crois ,ami d’enfance de MrSARKOZY,est plus apte que moi ,pour parler de la sécurité routiére,cela dit Mme PERRICHON n’a pas tord ,lorsqu’elle se bat, pour la sécurité de tous, seulement, je trouve ,qu’elle en fait un peu trop ,surtout, quand, elle sait, que cela n’est pas réellement sain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s